"Ils veulent quoi, la Riviera à Saint-Tropez ?" : accusés d'être trop sales, les bateaux-logements doivent quitter le port de Dijon

A Dijon (Côte-d'Or), les bateaux-logements stationnés au Port du canal devront bientôt quitter les lieux. Des travaux de rénovation vont y être réalisés cet été. Si le gestionnaire du site affirme qu'ils pourront revenir à la fin du chantier, eux sont convaincus que leur départ est définitif.

Elles font partie du paysage lorsque vous vous promenez le long du port du canal à Dijon (Côte-d’Or), mais elles pourraient bientôt partir définitivement. Sur le papier, les huit péniches du port ont jusqu’au 30 juin pour quitter les lieux, le temps que des travaux se fassent. Mais dans les faits, elles pourraient ne pas être autorisées à revenir une fois le chantier terminé.

Eric, en tout cas, en est convaincu. Voilà 12 ans qu’il vit sur sa péniche, stationnée à Dijon. Selon lui, le but de la métropole de Dijon et du gestionnaire du site Voie navigable de France (VNF) est d’empêcher le retour des bateaux-logements. 

Des péniches-hôtels à la place ?

"On nous chasse un peu quand même. Il y a de la tristesse. On est bien obligés de s’organiser rapidement. Ça va changer notre vie", regrette le Dijonnais.

A l’origine du prochain départ des bateaux-logements, le projet de rénovation des quais et le réaménagement du site. Les réseaux en eau et électricité vont notamment être coupés pour être améliorés. Si les contours du projet restent encore à définir par VNF et la métropole, le port devrait s’orienter vers des activités de tourisme et de loisir.

Dans les réflexions, la possibilité de favoriser les péniches-hôtels, de proposer une base location ou encore d’installer une guinguette. Mais VNF n’exclut pas une cohabitation avec les bateaux-logements.

"Aucune décision n’est prise pour le moment. Tout ça est à construire. Le modèle économique et de gestion du port de Dijon n’était pas viable jusque-là avec des acteurs qui ne payaient pas l’eau et l’électricité. On veut redonner un objectif de port au port de Dijon (sic), mais on essaye de voir quels usages sont compatibles", détaille Nicolas Vadrot, responsable développement de la voie d'eau à VNF.

Eric affirme lui que l'eau et l'électricité sont comprises dans son forfait annuel de 2300€.

Pour François Resbamen, le port mérite "le respect et la propreté"

Le problème, c’est que le discours du maire de Dijon est bien différent. Interrogé en conseil municipal, François Rebsamen (FP) expliquait le 25 mars dernier : "Les bateaux-logements, ils s’en vont. Le port de Dijon mérite le respect et la propreté".

Une position claire et cash qui suscite l’indignation d’Eric. "On est méprisés depuis dix ans par la mairie. Ils veulent quoi, une carte postale avec des beaux bateaux, des yachts, une Riviera à Saint-Tropez ?, ironise-t-il. On fait attention à polluer le moins possible. Les riverains étaient habitués à nous. Ils nous disent ‘c’est vrai, vous partez ? C’est dégueulasse’, voilà ce qu’on nous dit".

Pour ceux qui ne pourraient pas quitter Dijon, VNF s’engage à proposer une solution dans la Métropole. Eric de son côté devrait se diriger vers le port de Saint-Jean-de-Losne (Côte-d’Or).