Incendie du foyer Adoma : Rémi Kukulinski a été condamné à 14 ans de prison en appel

Rémi Kukulinski, l'un des deux incendiaires du foyer Adoma qui avait fait sept morts et de nombreux blessés à Dijon en 2010, a été condamné en appel à 14 ans de réclusion criminelle lundi 6 juillet 2015.
Rémi Kukulinski, l'un des deux incendiaires du foyer Adoma qui avait fait sept morts et de nombreux blessés à Dijon en 2010, a été condamné en appel à 14 ans de réclusion criminelle lundi 6 juillet 2015.

Rémi Kukulinski est l'un des deux auteurs de l'incendie du foyer Adoma qui avait fait sept morts et 190 blessés à Dijon en 2010. Le jeune homme a été condamné en appel à 14 ans de réclusion criminelle lundi 6 juillet 2015.

Par B.L.

Le rappel des faits 

Rémi Kukulinski et son cousin Nicolas Dos Reis, âgés de 18 et 19 ans au moment des faits, avaient mis le feu aux poubelles de cet immeuble du quartier de la Fontaine d'Ouche où résidaient plus de 200 personnes.

Ils avaient été condamnés à 15 ans de réclusion criminelle en première instance lors d’un procès qui s’est déroulé à Dijon en décembre 2013.
Par la suite, seul Rémi Kukulinski a décidé de faire appel de cette condamnation qu’il estimait trop lourde.
Son procès en appel, qui s’est tenu devant les assises de Haute-Marne, avait débuté le 25 juin 2015.

Selon son avocat, le jeune homme n’avait pas imaginé que l’incendie allait gagner la façade et provoquer des morts.
"J’espère qu’ils ne vont pas être emportés par cette vague d’émotion, par cette dynamique de la souffrance des victimes - puisqu’elles sont nombreuses, puisqu’il y a des morts, des blessés. Il ne faut pas se laisser entraîner par cette dynamique pour juger bien, correctement, avec raison, mesure et humanité", disait maître Samuel Estève, avocat de la défense avant que les jurés n’aillent délibérer.

De son côté, l’avocat général avait requis 20 ans de prison, tout comme en première instance.

Rémi Kukulinski a finalement été condamné à 14 ans de réclusion criminelle et obligation de suivi socio judiciaire pendant 5 ans. Cette nouvelle condamnation est plus clémente qu'elle n'y paraît, car elle ne comprend plus la peine de sûreté de 10 ans qui avait été prononcée par la cour d'assises de Dijon il y a 18 mois. Son avocat s'est dit satisfait de cette décision et il n'y aura pas de pourvoi en cassation.

A lire aussi

Sur le même sujet

Les + Lus