Un an après le déclenchement de la guerre en Ukraine, voici trois livres qui racontent le parcours d'enfants et d'adolescents réfugiés.

Chronique du 24 février 2023 - Vous êtes formidables 

Réfugié n’est pas mon nom de Kate Milner

La Martinière jeunesse

Ce premier album a un titre percutant, Réfugié n’est pas mon nom, mais le ton du récit est très doux. Une maman explique calmement à son petit garçon qu’ils vont devoir partir. Elle lui raconte comment cela va se passer : les adieux aux amis, le sac à préparer et les conditions difficiles.

Même si son ton est apaisant, la mère ne cache rien des difficultés à venir : l'absence de toilettes, la marche, le sentiment de solitude. Les dessins donnent aux jeunes lecteurs une idée du long voyage qui attend les héros. Au bout du voyage, même si la langue et les gens sont différents, il ne faudra pas oublier qui l’on est.

C’est un album vraiment magnifique, très émouvant. Il permettra de discuter avec les enfants, dès 6 ans, de la réalité de l'exil et du parcours que les réfugiés ont traversé.

 Seuls de Paul Tom et Mélanie Baillairgé

Editions La Courte échelle 

Au Canada, chaque année, environ 400 enfants réfugiés arrivent seuls. Paul Tom et Mélanie Baillairgé, deux auteurs canadiens, racontent le parcours de trois d’entre eux  dans un roman graphique.

Afshin est Iranien. Pour fuir la guerre, Il va parcourir seul, à 14 ans, des milliers de kilomètres en passant par la Turquie et la Grèce. Alain a 13 ans lorsqu'il quitte le Burundi avec sa mère et ses deux frères suite à l’emprisonnement de leur père. Après 3 ans au Kenya, il arrive finalement au Canada. Patricia elle a 16 ans quand elle doit quitter l’Ouganda.

Tous ces parcours sont racontés simplement, factuellement, du point de vue des adolescents. Comme un journal de voyage illustré par les dessins de Mélanie Baillairgé. C’est vraiment passionnant de suivre ces trajectoires et de savoir ce que Afshin, Alain et Patricia sont aujourd’hui devenus.

Adapté d’un documentaire intitulé Seuls, ce livre est à mettre entre les mains de tous les enfants à partir de 10 ans.

 La petite Rom de Paris de Pascal Teulade

Editions la joie de lire

Notre héroïne s’appelle Luludja. Elle a fui la Roumanie avec sa famille espérant trouver une vie meilleure en France. Le roman raconte son quotidien, qui reflète celui de nombreux Roms en France : la méfiance des habitants, les campements en guise de maison et la crainte des policiers.

Mais ce roman pour les enfants dès 10 ans est pétillant et joyeux comme son héroïne. Le lecteur navigue de la classe au campement. Malicieuse et courageuse, Luludja apprend très vite à répondre aux questions et aux remarques parfois désobligeantes de certains camarades. A la demande de ses parents, elle finira par danser comme Esmeralda devant Notre-Dame-de-Paris.

La petite rom de Paris est un roman souvent drôle qui permet d’aborder la racisme, la différence et l’exil sans dramatiser, en se plaçant à hauteur d’enfant.