Meurtre de Danielle Beauné à Semur-en-Auxois : l'accusé condamné à 24 ans de prison

Ce vendredi 16 septembre marque la fin du procès du meurtre de Danielle Beauné, une femme tuée en 2018 à Semur-en-Auxois. A Dijon, la Cour d'assises a condamné Bruno A. à 24 ans de prison pour ce crime.

Le lundi 12 septembre, Bruno A. se présentait devant la cour d'assises de Côte-d'Or, vêtu d'une chemise bleue, un masque chirurgical sous le nez, affaissé dans son siège. Cinq jours après, le suspect arbore les mêmes vêtements, et la même attitude. L'audience a débuté ce vendredi 16 septembre par la réquisition de 25 ans de prison à l'encontre de cet homme de 61 ans, pour avoir tué Danielle Beauné près de Semur-en-Auxois en 2018. Ses avocats ont toutefois apporté de nouveaux éléments pour leur client.

Une défense qui n'a pas véritablement pesé dans la balance. Les jurés ont longtemps délibéré, mais ont jugé Bruno A., sous les pleurs de la famille de la victime, coupable d'avoir tué Danielle Beauné en lui fracassant volontairement le crâne avec une pierre. Il a été condamné à 24 ans de réclusion criminelle et semblait accepter la sentence, figé, avant de se mettre la tête dans les bras.  

Un autre suspect "trop vite écarté"

Le parquet avait dans un premier temps requis 25 ans de prison à l'encontre de l'accusé. Les avocats de l'accusé, Me Cabannes et Me Nicolle, ont défendu leur client pendant plus de 2 h 30 au cours de la matinée. Ils ont notamment insisté sur un point particulier : un autre suspect dont la piste a été bien trop vite écarté à leurs yeux. Il s'agit d'un homme, M. P., qui "coche toutes les mêmes cases que Bruno A.", selon Maitre Cabannes. Il passait lui aussi du temps avec Danielle Beauné, et était mêlé à une histoire d'argent. 

"Lorsque les chiens perdent la trace de Danielle Beauné à un carrefour, on peut imaginer qu'elle est montée dans une voiture. M. P. a révélé lors d'une enquête qu'il avait déjà croisé la femme âgée de 78 ans à cet endroit", défend Maître Cabannes.

Si cela peut paraître léger, il se trouve que cet homme a menti sur ses occupations le jour de la disparition de Mme Beauné. M. P. prétend être aller au vétérinaire, une affirmation qui n'a pas été confirmée par la police. Face à tous ces éléments, cet homme devait se présenter à la cour d'assises ce mercredi. Il ne pourra jamais se défendre devant les juges, hospitalisé quelques jours plus tôt. 

► À lire aussi : Semur-en-Auxois : un homme mis en examen et écroué pour le meurtre d'une femme de 78 ans

"Un aveu qui ne tient pas la route"

Maître Cabannes remet en cause l'équité des interrogatoires. Il faut dire que Bruno A a rapidement avoué avoir tué Danielle Beauné aux autorités en 2019. De cette façon, la piste d'un autre suspect a tout de suite été écartée. Maître Nicolle, l'autre avocat du suspect, a défendu son client à ce sujet. Sous la pression des autorités, il se serait désigné coupable et aurait inventé toute une histoire. Un aveu "qui ne tient pas la route de bout en bout et qui montre que mon client était en train de mentir", selon l'avocat.

La vie privée de Bruno A. est également revenu sur la table. Selon ses proches, le suspect a eu une enfance douloureuse. Maltraité par son père et non défendu par une mère elle-même terrorisée par son mari, le sexagénaire a connu une période difficile, mais "qui ne destine pas à la monstruosité", selon Maître Cabannes. Lorsque ce chapitre de sa vie fut évoqué, l'homme âgé de 61 ans mit sa tête entre les bras. Avait-il l'intention d'amadouer les juges ou bien étaient-ce des bribes de sa jeunesse qui revenaient dans son esprit ? La question restera sans doute sans réponse.

Je n'ai pas tué Danielle Beauné

Bruno A.

Le principal suspect a conclu la défense de ses avocats par une réponse cinglante : "je n'ai pas tué Danielle Beauné". Vers 13 h, les juges ont alors invité le public à quitter la salle, en attendant le verdict qui a été prononcé bien plus tard, à 22 h. C'est la fin d'une affaire qui aura duré près de trois ans et qui voit Bruno A. condamné à 24 ans de prison pour le meurtre de Danielle Beauné. 

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité