Municipales 2020 à Dijon : Stéphanie Modde a présenté sa liste écologique et solidaire

Après avoir siégé pendant des années au sein de la majorité municipale de François Rebsamen, les écologistes - qui ont le vent en poupe - ont décidé de couper le cordon et de présenter leur propre liste menée par Stéphanie Modde.
 

Stéphanie Modde mène la liste "Dijon écologique et solidaire" aux élections municipales des 15 et 22 mars 2020.
Stéphanie Modde mène la liste "Dijon écologique et solidaire" aux élections municipales des 15 et 22 mars 2020.

Pourquoi les écologistes y croient ?

A l’approche des élections municipales des 15 et 22 mars, les sondages favorables aux candidats écologistes se multiplient un peu partout en France. C’est le cas notamment à Dijon où la liste "Dijon écologique et solidaire" menée par Stéphanie Modde arrive en deuxième position, selon un sondage IPSOS pour le quotidien Le Bien Public publié mardi 18 février 2020.

Stéphanie Modde est créditée de 20% des intentions de vote au premier tour des élections municipales à Dijon.
Elle arrive juste derrière le maire sortant François Rebsamen soutenu par le PS et le MoDem (38%) et distance largement les listes LR (16%), RN ex Front national (9%), LREM et La France insoumise (6%).

La liste "Dijon écologique et solidaire" rassemble trois partis écologistes : Europe Ecologie Les Verts (EELV), Génération Ecologie et Alliance Ecologiste Indépendante.


 

Quel est le programme de la liste "Dijon écologique et solidaire" ?


"Notre liste est là pour peser au maximum. Il reste environ trois semaines avant le premier tour. On veut convaincre encore davantage les citoyens. Là, il y a des intentions, il faut qu’elles se concrétisent", explique Stéphanie Modde qui a présenté officiellement sa liste mardi 18 février lors d’une réunion au Cellier de Clairvaux.

Concrètement, comment Stéphanie Modde compte-t-elle se démarquer du maire sortant dont elle est adjointe depuis des années?
"Il y a des politiques que nous avons menées ensemble, qui étaient très intéressantes. Les écologistes se sont engagés dès 2001 et il y a un bilan positif. Mais, maintenant, nous disons qu’il faut végétaliser davantage. La végétalisation est d’autant plus pertinente que nous avons des périodes de canicule que nous n’avions pas auparavant, que le dérèglement climatique se concrétise malheureusement. Il est temps de mettre en place des mesures pour le cadre de vie, pour capter la pollution, créer des îlots de fraîcheur pour pouvoir vivre mieux cette adaptation au changement climatique."

Au total, le programme comprend 150 propositions pour la reconquête végétale, mais aussi pour une ville plus solidaire et au service de ses habitants.
On trouve notamment la possibilité de créer des potagers collectifs par quartier, un projet pour rouvrir le Suzon sur la rue du Général Fauconnet, le développement d'un véritable réseau métropolitain 100% vélo composé d’un réseau express constitué d’"autoroutes vélo", la création d'un chemin vert, avec des réseaux de rue végétalisées, réservé aux mobilités douces (piétons, cyclistes…), la rénovation et une utilisation étendue des Halles Centrales (toute la journée, toute la semaine), la création d'un cimetière pour animaux, un grand plan de rénovation thermique, énergétique et phonique des logements sociaux, l'augmentation du nombre d’hébergements d’urgence pour les sans-abri, l'augmentation significative des budgets participatifs, rendre les finances de la collectivité transparentes, etc.

"Ce sont des programmes tout à fait applicables, qui sont déjà appliqués dans d’autres villes. Nous ne partons pas de rien, des choses ont déjà été enclenchées à Dijon. Nous disons qu’il faut aller plus loin et plus vite. D’où cette liste écologiste et citoyenne "pour donner le choix aux Dijonnais sur un premier tour d’élection municipale".

 
 

Que se passera-t-il en cas de "vague verte" au 1er tour des municipales ?

Y aura-t-il fusion avec la liste du maire sortant François Rebsamen ou pas ? "Le cordon, il est coupé, car il y a une liste écologiste", assure Stéphanie Modde.
"S’il y a possibilité de travailler sur un projet commun, pourquoi pas ? Tout dépendra de ce que les électeurs vont mettre dans l’urne. Je ne peux pas vous affirmer maintenant ce que nous ferons demain. En tous cas, nous avons un projet pour Dijon et nous souhaitons le mener. "
 
 

Qui sont les 59 colistiers de la liste "Dijon écologique et solidaire" ?


"Les préoccupations autour du climat, du bien-vivre ensemble nous ont conduits à favoriser les citoyens qui voulaient s’engager", indique Stéphanie Modde.
"Certains sont engagés de longue date et sont issus des milieux associatifs : des associations autour du bien-être animal, de l’environnement, de l’éducation au goût, de la solidarité auprès des migrants, etc. "


1 – Stéphanie Modde, adjointe au maire de Dijon en charge de l’écologie urbain, 51 ans

2 – Olivier Muller, responsable en finances publiques locales, 46 ans

3 – Karine Savina, DRH Groupe La Poste, 49 ans 

4 – Patrice Chateau, adjoint au maire de Dijon en charge de l’environnement, 60 ans

5 – Catherine Hervieu, vice-présidente Dijon Métropole, retraitée de l’Education nationale, 61 ans

6 – Fabien Robert, chargé de la promotion d’une association dans le tourisme social et familial, 47 ans

7 – Edwige Bazerole, coordinatrice des Marches pour le climat, conductrice de travaux, 45 ans 

8 – Frédéric Faverjon, vice-président de Dijon métropole, professeur en classe préparatoire aux grandes écoles, 49 ans

9 – Souad Samade, travaille dans le milieu sportif, 38 ans 

10 – Laurent Monnot, ingénieur technique dans le domaine de l’environnement, 50 ans

11 – Samahe Tounsi, chargée de communication dans le secteur privé, 40 ans

12 – Thomas Buffard, entrepreneur social associé d’une coopérative, 38 ans 

13 – Lorène Leruste, micro entrepreneuse dans la garde d’animaux de compagnie et auteure/narratrice, 47 ans

14 – Bathie N’Diaye, ingénieur géomaticien, 33 ans

15 – Floriane Collin, étudiante en master de philosophie, 25 ans 

16 – Rémi Goguel, consultant en écomobilité, 49 ans

17 – Françoise Duguet, retraitée de l’Education nationale, 73 ans

18 – Jean-Baptiste Jaillet, étudiant à Sciences Po  – Youth for Climate, 18 ans

19 – Coralie Laurent, psychologue clinicienne, 40 ans

20 – Pierre Lopez, animateur Locavore, 60 ans

21 – Zohra Essanhi, assistante de service social, 42 ans

22 – Vincent Boggio, médecin enseignant chercheur retraité, 70 ans

23 – Anne Spinnler, docteur en chirurgie dentaire, 62 ans

24 – Louis Octobon, étudiant en droit et sciences politiques, 20 ans

25 – Mélanie Pepey, chargée d’accueil en MJC, 47 ans

26 – Fabrice Quenot, vélo taxi – coursier vélo, 35 ans

27 – Odile Royer, médecin du travail, 56 ans

28 – Arthur Stell, en recherche d’emploi, 25 ans

29 – Carole Coutelier, ingénieur qualité, 50 ans

30 – Philippe Rault, médecin hospitalier, 63 ans

31 – Sarah Monard, auxilaire de puériculture, 34 ans

32 – Alain Mary, contrôleur agricole, 44 ans

33 – Séverine Bak, cadre coordinatrice en EPHAD, 34 ans

34 – Franck Billy, vendeur en magasin biologique, 55 ans

35 – Violaine Lambert, costumière, 43 ans

36 – Philippe Mougel, sociologue, 63 ans

37 – Sandrine Alliot, secrétaire comptable, 27 ans

38 – Damien Féau, commerçant, 42 ans

39 – Carine-Lydia Lieutet, professeur en lycée professionnel, 47 ans

40 – Hugo Claude, intermittent du spectacle, 26 ans

41 – Marie-Claude Favre-Safiah, assistante maternelle, 79 ans

42 – Benjamin Cardinal, ingénieur énergétique, 26 ans

43 – Marie-Christine Fournier, enseignante d’anglais, 60 ans

44 – Etienne Godinot, formateur retraité – Mouvement pour une alternative non violente, 70 ans

45 – Charlotte Astier, éducatrice spécialisée, 30 ans

46 – Guy Lapostolle, professeur d’université, 56 ans

47 – Stéphanie Afflard, responsable hygiène sécurité, 48 ans

48 – Franck Demeaulte, éducateur spécialisé, 34 ans

49 – Sylvie Gares-Behague, responsable recrutement, 56 ans

50 – Michel Haberstrau, directeur de centre de formation – président d’une association d’éducation alimentaire, 56 ans

51 – Annie Girod, professeur retraitée, 63 ans

52 – Guillaume Schamelhout, programmateur, 46 ans

53 – Lisa Marc, éducatrice spécialiséeé 27 ans

54 – Yves Pronnier, agent commercial, 72 ans

55 – Isabelle Grebot, travailleur social, 58 ans

56 – Thomas Coulon, enseignant, 36 ans

57 – Nadège Rejus, médecin généraliste, 47 ans

58 – Hicham-Stéphane Afeissa, professeur de philosophie, 47 ans

59 – Marie DURU-Bellat, sociologue, 69 ans
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
élections municipales 2020 politique élections europe écologie les verts écologie environnement