PHOTOS. Prises d'otage, drones... Nous avons assisté à un entraînement des agents d'élite de la sécurité pénitentiaire

Créées il y a vingt ans, les ÉRIS (équipe régionale d'intervention et de sécurité) sont des unités d'élite au service de la sécurité des établissements pénitentiaires. Nous avons pu suivre des exercices d'entraînement à Quétigny (Côte-d'Or).

Les équipes régionales d'intervention et de sécurité (ÉRIS) ont été créées en 2003 par Dominique Perben, ministre de la justice et Didier Lallement, directeur de l'administration pénitentiaire, afin de renforcer la sécurité des établissements pénitentiaires et d'améliorer la capacité de réponse et la réactivité de l'administration en cas de troubles.

Les 33 agents de l'unité de Dijon (Côte-d'Or) ont effectué près de 300 interventions en 2022. Un système d'astreinte permet de mobiliser des effectifs 24h/24h, sept jours sur sept.

Des entraînements en situation réelle

C'est dans les locaux d'un ancien lycée à Quétigny, dans l'agglomération dijonnaise, que se déroulent les exercices d'entraînement hebdomadaires. Pour aujourd'hui, l'exercice consiste à la libération d'une prise d'otages dans une cellule.

Une colonne d'assaut est mise en place pour négocier, voire neutraliser le preneur d'otages. En parallèle, un appui de dronistes est là pour aider la progression de l'équipe d'assaut. Et enfin une équipe de franchissement avec des cordes.

Savoir faire preuve de self-control

Pour travailler dans cette unité d'excellence, Boris, adjoint au groupe ÉRIS de Dijon, explique qu'il faut avoir une très bonne condition physique mais aussi un mental d'acier. "C'est beaucoup d'engagement et beaucoup de risques. L'utilisation de l'armement, des drones, ou le maniement des cordes demandent un entretien régulier, de manière à ce que ça devienne des automatismes. Quand les opérateurs ont à intervenir avec le facteur stress, ils s'affranchissent de ça pour que ça devienne des actes réflexes."

Le milieu des interventions est particulier car il est fermé. L'avantage des ÉRIS, avec des agents issus de la surveillance pénitentiaire, c'est la connaissance du mode de fonctionnement d'une prison.

Les personnels des ÉRIS sont recrutés par voie de sélection professionnelle, réservée aux personnels de surveillance, sans limite d'âge du moment que l'agent satisfait aux règles d'habilitation ou de renouvellement. La sélection se compose d'épreuves sportives, de tests psychologiques et d'un entretien avec un jury.