• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Pourquoi Dijon veut une “nouvelle génération de partenariat” avec la ville russe de Volgograd ?

La ville de Volgograd / © Pixabay
La ville de Volgograd / © Pixabay

Une délégation dijonnaise conduite par le maire socialiste François Rebsamen se rend à Volgograd dimanche 2 octobre 2016. Ce voyage officiel de quatre jours a pour but de renforcer les liens qui existent entre les deux villes depuis 57 ans.

Par B.L.

Quels liens unissent Dijon et Volgograd ?

Volgograd, qui est située à environ 1 000 kilomètres de Moscou, est plus connue en France sous le nom de Stalingrad. La cité russe fut pratiquement détruite au cours d’une des batailles les plus meurtrières de la Seconde Guerre mondiale. Aujourd’hui, elle abrite plus d’un million d’habitants.

Depuis 1959 Volgograd est une des villes partenaires de Dijon.
En 2012 déjà, François Rebsamen, sénateur-maire de Dijon, avait signé une convention de coopération avec  Valerij Denisovich Vasilkov, qui était maire de Volgograd à l’époque. L’objectif était déjà d’approfondir les liens entre les deux villes en échangeant leurs expériences au niveau des administrations, des élus et des représentants de la société civile. Cela s'était traduit, par exemple, par la signature d'un protocole d'entente entre l'université de Volgograd et AgroSup Dijon en 2013.



Quel axe de coopération veut développer Dijon ?


Cette fois, c’est surtout la coopération économique que Dijon veut renforcer avec Volgograd. La capitale de la région Bourgogne-Franche-Comté souhaite "se positionner comme une métropole rayonnante à l’international".
Lors de ce voyage, François Rebsamen signera une nouvelle convention de partenariat, avec son homologue russe Andreï Kosolapov.

Dijon, dont le cœur de ville a été classé par l’État "zone touristique internationale", veut mettre en avant ses atouts pour se positionner comme une destination phare des touristes russes.
Didier Martin, président de l’office de tourisme de Dijon, signera avec le président du centre d’information touristique de Volgograd un accord de coopération pour développer des actions communes de promotion.

Le président de la CCI (chambre de commerce et d’industrie) de Côte-d’Or sera aussi du voyage. Il rencontrera son homologue Vadim Tkatchenko pour poser les bases d’un partenariat entre leurs chambres de commerce et d’industrie respectives dans les domaines du tourisme, de la gastronomie, du nucléaire et de la métallurgie.

A noter aussi que Pierre Guez, président de Vitagora (le pôle de compétitivité goût-nutrition-santé), présentera "les atouts du bassin dijonnais et, plus largement, de la Bourgogne-Franche-Comté, aux acteurs russes de l’agroalimentaire, et il rencontrera des start-ups de la région de Volgograd spécialisées dans les domaines de la nutrition et de la santé".

La ville russe de Volgograd / © Pixabay
La ville russe de Volgograd / © Pixabay


Quel est le programme de ce déplacement à Volgograd ?

Sur le planning, on trouve notamment :
  • une table ronde sur l’université, suivie de la visite du campus de Volgograd
  • une rencontre sur le thème du tourisme et des rencontres économiques
  • une "journée de Dijon" qui permettra de promouvoir les produits bourguignons dans un important centre commercial où sont implantées des enseignes françaises.





Qui fait partie de la délégation dijonnaise ?

La délégation française réunit des élus et des acteurs économiques et universitaires :

  • Sladana Zivkovic, adjointe au maire déléguée aux relations internationales
  • Didier Martin, adjoint au maire délégué au développement économique, à l’artisanat et au tourisme, vice-président du Grand Dijon délégué au développement économique et président de l’office de tourisme de Dijon
  • Jean Battault, société Boudier, président de Dijon Congrexpo
  • Stéphane Derbord, chef étoilé à Dijon
  • Pierre Guez, directeur général de Dijon Céréales et président du pôle de compétitivité Vitagora
  • Xavier Mirepoix, président de la chambre de commerce et d’industrie de Côte-d’Or
  • Catherine Petitjean, P-DG de la société Mulot & Petitjean ;
  • Samuel Mercier, vice-président de l’université de Bourgogne délégué en charge des relations internationales.

A lire aussi

Sur le même sujet

Vacances studieuses sur les traces du patrimoine bisontin

Les + Lus