Pourquoi la grève des transports Divia s'éternise à Dijon #OnVousRépond

Publié le Mis à jour le
Écrit par Julie Cudza .

Ce mercredi sera une nouvelle fois marqué par des perturbations au niveau des transports dijonnais. Le syndicat CGT de Keolis Dijon Mobilités a déposé un nouvel avis de grève. Un mouvement social qui n'en finit pas.

Cela fait désormais plus de 6 mois que les employés du réseau de transport dijonnais Divia sont en grève. Initialement prévu tous les samedis, le mouvement s'étend aussi aux mercredis.

La durée du conflit commence à exaspérer certains de nos internautes, comme Val Rem, qui déplore de "nombreux dysfonctionnements. Une situation qui est devenue un vrai problème au quotidien pour celles et ceux qui n'ont que les transports en commun pour se déplacer".

"Nous n'arrivons pas à nous mettre d'accord, notamment sur les salaires. Nous espérons une fin rapide à ce mouvement de grève", répond Nolwenn Leguillon, directrice de la communication de Divia Keolis Mobilités. 

Les perturbations à prévoir 

Contrairement aux nombreuses perturbations du week-end, tous les bus circuleront normalement ce mercredi 4 octobre.

Un Bus, toutes les 7 à 14 minutes : 

Pour les lignes City, B17, B19, B20, B22, P30,P31,P33, P34, F40, F41, Pleine Lune, Express et DiviAccès. 

Tramway, avec quelques retards :

Le tramway va connaitre quelques retards. Les lignes T1 et T2 auront 7 à 8 minutes d'attente entre chaque passage. Dès 19h30, le délai sera de 10 à 15 minutes. 

Que réclament les grévistes ? 

La grève a débuté le 27 mai dernier et pourrait se poursuivre jusqu'en décembre si les grévistes n'obtiennent pas gain de cause. Mais quelles sont leurs revendications ? Voici quelques éléments : 

  • En première ligne des revendications, la sécurité du personnel. " Chaque année des agents sont victimes d'agression" précise Mounir Smaili, secrétaire général de la CGT Divia Dijon métropole.  
  • Une amélioration des conditions du travail : avec l'arrivée du tramway en 2012, les conducteurs ont vu leur quotidien chamboulé. Ils dénoncent un manque important d'effectif. En 2013, il y avait 523 conducteurs contre à peine 500 aujourd'hui sur le réseau dijonnais. 
  • La revalorisation des salaires : sans heure supplémentaires et dimanche travaillé dans le mois, un employé du réseau DIVIA touche moins de 1800 euros par mois, même avec vingt ans d'ancienneté. 

Où en est le conflit ?

À l'heure actuelle, le conflit se poursuit avec une stratégie différente.

"Il y a une volonté des salariés d'y aller crescendo. Le dialogue n'est pas rompu de notre côté, souligne Mounir Smaili, secrétaire général de la CGT Divia Dijon Métropole. Mais nous ne sommes même plus reçus par la direction alors que depuis le mois de mai, ils ont notre calendrier de préavis".

"Nous avons donné toutes les propositions, on a à cœur d'offrir la qualité de nos services aux usagers. Nous espérons trouver un terrain d'entente" ajoute le secrétaire général de la CGT. 

Une lettre a été adressée à Dijon Métropole par les syndicats en vue d'une prochaine rencontre sur ce conflit.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité