Réforme des retraites : les avocats du barreau de Dijon ont rejoint la grève nationale

Les avocats sont vent debout contre le projet de réforme des retraites du gouvernement. Un rassemblement a eu lieu ce lundi 6 janvier 2020 pour décider de rejoindre le mot d’ordre de grève nationale.
 

robes d'avocats (illustration)
robes d'avocats (illustration) © Bruno Levesque / IP3 Bobigny France 02 Octobre 2017

Pourquoi les avocats sont-ils opposés à la réforme des retraites ?

Le gouvernement a décidé de supprimer les 42 régimes de retraite actuels pour les remplacer pour un système universel par points.

Cette réforme des retraites est critiquée par de nombreux corps de métiers et notamment par les avocats qui cotisent à une caisse qui s'autofinance et verse tous les ans environ 100 millions d'euros aux régimes déficitaires.

"Notre système est vertueux car excédentaire, égalitaire et solidaire", déclare Estellia Araez, présidente du Syndicat des avocats de France (SAF). Aujourd’hui, les avocats en retraite touchent au minimum 1 416 euros par mois. Mais "après la réforme, ce montant tomberait à 1 000 euros, alors que les cotisations doubleraient, passant de 14 à 28% pour ceux qui gagnent moins de 40 000 euros par an".

Après plusieurs actions de protestation, les avocats estiment "le gouvernement reste sourd à la situation critique des avocats et qu’il n’entend que les professions susceptibles de bloquer le pays".

   
Dans ces conditions, le Bureau du CNB (Conseil national des barreaux), en lien avec la Conférence des bâtonniers et le Barreau de Paris, appelle à "durcir le cadre de la grève" et des actions de blocage à partir du lundi 6 janvier 2020.

Les avocats du barreau de Dijon, réunis assemblée générale ce lundi matin,  ont décidé une grève totale de tous les contentieux et de toutes les activités du 6 au 12 janvier 2020.

Conséquence : les cabinets sont exceptionnellement fermés toute la semaine. "Toute l’activité juridique et judicaire est suspendue", déclare Stéphane Creusvaux, bâtonnier de l’ordre des avocats au barreau de Dijon.
"Les avocats sont engagés dans une grève, aux côtés des autres professions du Collectif SOS Retraites : médecins, infirmiers, kinésithérapeutes, chirurgiens, orthophonistes, psychomotriciens, orthoptistes, aviation civile… Ensemble, nous réclamons le retrait de la réforme pour garantir à tous l’accès au droit et à la justice, à la santé et aux transports sur l’ensemble du territoire."

 

Quelles sont les conséquences de la grève des avocats ?


Les modalités d’actions proposées par les représentants de la profession sont les suivantes :
 
-arrêt des désignations pour toutes les permanences pénales et pour les gardes à vue

-arrêt des désignations en ce qui concerne le contentieux des libertés, le droit des étrangers et les mineurs 

-arrêt des désignations en matière pénale concernant les instructions correctionnelles et criminelles 

-arrêt des désignations pour les différentes permanences liées à l’accès au droit 

-arrêt des désignations en matière d’aide juridictionnelle 

-arrêt plus généralement de toutes les désignations.

 

La grève va-t-elle bloquer la machine judiciaire ? 


Les 70 000 avocats de France sont appelés à :
 
-demander systématiquement, à partir du 6 janvier et jusqu’à nouvel ordre, la collégialité en matière civile (art. 814 et 815 du CPC applicables à compter de l’entrée en vigueur du décret n° 2019-1333 du 11 décembre 2019 réformant la procédure civile)

-demander systématiquement des renvois pour toutes les audiences pénales, y compris les audiences devant la cour d’assises

-demander des renvois devant toutes les audiences civiles, commerciales, prud'homales et administratives

-cesser plus généralement toute activité judiciaire, que cela soit en matière pénale, civile ou administrative, et demander systématiquement des renvois.

Le reportage d'Emmanuel Pinsonneaux et Guillaume Desmalles
Intervenants :
Réforme des retraites : rassemblement des avocats du barreau de Dijon

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
justice société retraites économie grève social