VIDÉO. Jean Castex annonce 900 millions d'euros pour les hôpitaux de Bourgogne-Franche-Comté

Le Premier ministre Jean Castex a annoncé sur France 3 Bourgogne ce mardi 19 octobre que 900 millions d'euros allaient être investis dans les hôpitaux de Bourgogne-Franche-Comté sur la période 2021-2029 dans le cadre du Ségur de la santé.

Jean Castex est en Côte-d'Or ce mardi 19 octobre avec le ministre de la Santé Olivier Véran et la ministre déléguée en charge de l'Autonomie Brigitte Bourguignon, pour un déplacement consacré aux investissements dans le cadre du Ségur de la santé.

Avant de prononcer un discours à Dijon, il a répondu aux questions de France 3 Bourgogne dans le 12/13 ce mardi. Nous vous proposons de revoir son interview.

durée de la vidéo: 07 min 14
Le Premier ministre invité du 12/13

"Après les personnels, la recherche et l'innovation, l'investissement est le troisième axe de cette politique structurelle que je suis venu donc illustrer", a indiqué le Premier ministre sur notre antenne.

"C'est 900 millions d'euros que l'ensemble de la région va avoir pour moderniser ses établissements, a-t-il précisé. Cela concerne aussi bien le CHU [de Dijon] où je me trouve (75 millions d'euros) qu'effectivement l'ensemble des hôpitaux de proximité et des Ehpad."

"C'est aussi des investissements de proximité dans le numérique, dans la vie quotidienne des soignants. Il faut permettre à la fois une meilleure prise en charge des résidents et des patients et des meilleures conditions de travail pour les personnels, pour les attirer partout dans les territoires", a-t-il ajouté.

Interrogé sur la difficulté pour certains établissements d'attirer des médecins, le Premier ministre a répondu que ces investissements sur les bâtiments et les équipements étaient "la première brique de l'édifice".

"Convenez qu'avec les locaux tels qu'ils sont aujourd'hui, il n'y avait aucune chance qu'on attire des professionnels de santé", a-t-il précisé en prenant l'exemple de Cosne-sur-Loire, où il s'était rendu en mars dernier pour annoncer la construction d'un nouvel hôpital.

"S'agissant des professionnels de santé et notamment de la ressource médicale qui est capitale, je rappelle quand même que c'est ce gouvernement qui a modifié le numerus clausus. On est allé à l'origine du problème [...] Donc cette année déjà, c'est plus 1 800 médecins. Évidemment tout le monde peut comprendre qu'il faut un certain temps pour former des médecins, mais nous avons pris le mal à la racine", a ajouté Jean Castex.

La carte des investissements programmés en Bourgogne-Franche-Comté

Découvrez sur la carte ci-dessous, comment le plan annoncé par le Premier ministre va se concrétiser dans les établissements de la région.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
santé société politique