• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Sport : on a testé... la capoeira !

La capoeira vient du Brésil.
La capoeira vient du Brésil.

Pour sa deuxième saison, notre rendez-vous désormais incontournable de la page des sports du dimanche soir, la rubrique "On a mouillé le maillot", est de retour. Le principe est simple : on enfile baskets et short pour venir tester un sport. Cette fois, notre journaliste s'est initié à la capoeira !

Par Maryline Barate

Le test 

"On a mouillé le maillot" va sur le terrain pour s'essayer à tous les sports et pratiques physiques. Le but, faire découvrir lors d'une première approche un sport de façon la plus ludique possible. Histoire de donner à d'autres l'envie de s'initier...

Cette semaine, direction un gymnase de Dijon pour s'essayer à la capoeira avec la complicité de l'école Senzala. Comme tous les sports, un entraînement de capoeira débute par un échauffement. On répète les mouvements et les enchaînements les plus courants.

Le pas de base est la ginga. Ce mot brésilien veut dire jeu de jambes. Attention aux courbatures dans les cuisses ! En clair, la capoeiriste balance d'un pied sur l'autre en un mouvement fluide et chaloupé tout en esquivant les coups de son adversaire grace à ses bras qui, eux aussi, oscillent devant son visage. 

Tout cours de capoeira se termine par la roda, une ronde dans laquelle les capoeiristes s'affrontent deux par deux. La musique est très présente pour rythmer ces duels. Les participants savent jouer des instruments ou entonner les chants qui accompagnent cet art martial. Quand le pratiquant est aguerri, il porte des coups. Cela reste un combat !

 

 



Qu'est-ce que la capoeira ?

La capoeira est héritée des esclaves africains qui ont été arrachés de force à leur continent pour trimer sur les plantations de cannes à sucre du Brésil colonial. Ces hommes auraient masqué la lutte traditionnelle, qu'il pratiquait dans leurs villages et interdite par les esclavagistes, sous un vernis folklorique en la grimant en une danse accompagnée de musique. Cet art martial serait donc né dans la clandestinité, comme un acte de résistance à l'oppression et à l'aculturation dont les esclaves étaient victimes.

L'essor de la capoeira au Brésil a lieu au cours du XXe siècle. Cet art martial gagne en respectabilité en quittant peu à peu les combats de rue pour être enseigné et pratriqué des académies. C'est aujourd'hui considéré comme un sport national. Il est très prisé au même tire que le football, le volley-ball  ou le jui-jitus brésilien.

Dans les années 70, des professeurs brésiliens s'installent aux Etats-Unis et en Europe. Ils popularisent la capoeira hors de sa base. On trouve désormais des écoles ou des professeurs dans la plupart des départements français.

 

Si, vous aussi, vous voulez qu'on vienne essayer votre sport, contactez-nous sur Twitter #OnAMouilléLeMaillot ou sur la page Facebook de France 3 Bourgogne.

A lire aussi

Sur le même sujet

Le laboratoire Boiron à Belfort

Les + Lus