#studio3. LBD signe un rap introspectif où on croise quelques-uns de ses "démons"

Cela ne fait que trois ans que LBD fait sérieusement de la musique. Pourtant, le rappeur, originaire de Montceau-les-Mines, a déjà signé trois EP. Il a fait résonner ses morceaux mélancoliques sur les scènes les plus prestigieuses de la région.

Sa première passion était le ballon rond. Mais depuis trois ans, LBD - alias Dylan Baralla - a troqué les crampons pour la plume. Il y met une énergie tout aussi frénétique ! Le garçon a déjà signé trois EP.

Le rap comme un exutoire

Chez LBD, l'écriture est presque une obsession, en tout cas une activité quasi quotidienne. "J'ai commencé comme tout le monde, ado, à faire des freestyles avec les potes dans une voiture pour s'amuser", se souvient Dylan.

Aujourd'hui, ses textes reflètent ce qu'il vit, la mélancolie y est présente. Il aborde des thèmes comme l'amour, la perte, le doute et la quête de soi. 

"C'est très personnel et introspectif à la base, un exutoire pour mes démons. Mais là, j'essaie de faire  des choses moins tristes", prévient le tout jeune trentenaire.

Voir cette publication sur Instagram

Une publication partagée par LBD (@lbdboy)

En mode professionnalisation

LBD a été repéré très tôt par La Vapeur. La scène dijonnaise de musiques actuelles l'accompagne dans sa démarche de professionnalisation. Et l'artiste n'oublie jamais de lui adresser un big up.

Depuis ce pied à l'étrier, les opportunités s'enchaînent sous forme de premières parties de  Georgio ou Josman. Signe du soutien dont jouit le jeune homme localement , LBD a remporté le tremplin de la dernière édition du festival Novosonic.

LBD travaille désormais sur son quatrième EP qu'il souhaite plus "solaire". La sortie est prévue pour début 2024.

▶ Découvrez d'autres artistes sur le plateau de #studio3

#studio3 a été réalisé par les équipes de France 3 Bourgogne :

  • Mise en images : Emmanuel Picaut
  • Techniciens vidéo : Jean-Renaud Gacon
  • Son : Antoine Bergey et Nicolas Tupinier
  • Lumières : Hervé Coeffet
  • Cadreurs : Jean-Philippe Beulaygue et Eric Demangel
  • Infographie : Antoine Dutot
  • Montage : Margaux Martin
  • Journaliste : Maryline Barate