Un corps retrouvé sur un chantier à Dijon, sur l'ancien site des jardins de l'Engrenage

Un corps a été retrouvé ce mardi 12 mars sur un chantier à Dijon, avenue de Langres. Les pompiers, le Samu et la police se sont rendus sur place. La piste d'un suicide est privilégiée par les policiers.

Un corps a été retrouvé ce mardi 12 mars, aux alentours de 7h20, à Dijon. La découverte a été faite avenue de Langres, sur le chantier de la résidence Garden State. Il s'agit des anciens sites des jardins de l'Engrenage, occupés durant des mois, jusqu'en juillet 2021, pour contester un projet immobilier de 300 logements, nommé "Garden State".

Le corps a été découvert par des personnes qui travaillaient sur le chantier. Selon eux, il ne s'agit pas d'une personne qui travaillait sur place. L'un d'entre eux, rencontré dans la matinée, exprime son choc : "Je me sens mal, mal, c'est la première fois que je vois quelque chose comme ça"

Selon les policiers de Côte-d'Or en fin de matinée, la thèse du suicide serait privilégiée.

Le chantier est porté par le promoteur immobilier Ghitti. Une association, baptisée Les ami-es des Jardins de l'Engrenage, avait été créée par les anciens occupants du site. Ces derniers avaient occupé le lieu durant 13 mois pour s'opposer au projet immobilier.  

durée de la vidéo : 00h00mn05s
Policiers, pompiers et Samu étaient présents ce mardi matin sur place. ©Sébastien Kerroux / France TV

À lire aussi : Deux ans et demi après, les "Amis des Jardins de l'Engrenage" devront-ils verser 200 000€ à la ville de Dijon ?

Les pompiers, le Samu étaient présents et trois véhicules de police se sont rendus sur place.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
Bourgogne-Franche-Comté
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité