Un revers pour la mairie de Dijon : la vente des terrains des "berges du Suzon" annulée en justice

Un revers pour la mairie, une victoire pour les activistes. La vente des terrains des Berges du Suzon, un espace naturel de trois hectares dans le nord de Dijon, a été annulée par le tribunal administratif ce mardi 28 mai. Un projet immobilier de 85 logements devait y voir le jour.

Pas de logements sur les berges du Suzon… pour l’instant. Mardi 28 mai, le tribunal administratif de Dijon a annulé la délibération du Conseil municipal visant à vendre ces terrains communaux à un promoteur immobilier. 

La raison ? Le tribunal estime que "ces éléments du patrimoine public" sont cédés "à un prix inférieur à [leur] valeur au profit d’intérêts privés". La mairie prévoyait en effet de vendre des parcelles de cette zone naturelle au nord de Dijon à un promoteur immobilier. 85 nouveaux logements auraient dû y voir le jour, dans le cadre d’un projet baptisé Venise-2. 

Une défaite pour la Ville, qui se refuse à commenter la décision, mais nous annonce faire appel. Elle avait accordé cette cession en juin 2022, puis le permis de construire en janvier 2023.

Inquiétudes autour de la biodiversité

Du côté du collectif "Sauvons les berges du Suzon", à l’origine de plusieurs recours en justice, on savoure en revanche "une grande victoire". "Cette décision vient donner une légitimité institutionnelle et juridique à la lutte portée depuis près de 2 ans par les associations et les riverain.e.s.", écrivent-ils dans un communiqué.

Depuis 2022, ce regroupement d’associations se bat en effet pour préserver cet espace naturel de trois hectares, "le dernier dans le nord de la ville". Parmi leurs faits d’armes : un décret citoyen baptisant l’espace "réserve urbaine de biodiversité du Suzon" et interdisant au passage toute construction, artificialisation et abattage d’arbre. 

►À LIRE AUSSI : Une future ZAD à Dijon ? Le collectif "sauvons les berges du Suzon" se prépare à l'arrivée des bulldozers

"Ici, il y a près d'une soixantaine d'espèces de papillons, dont plusieurs menacées en Bourgogne, et près de 70 espèces d'oiseaux", détaillait en avril Mathilde Mouchet, une militante du collectif, dans ce reportage

"C'est un lieu à usages multiples : détente pour les familles, balade pour les randonneurs et étude de la biodiversité pour les chercheurs"

Mathilde Mouchet, militante du collectif "Sauvons les berges du Suzon"

Selon le collectif, le projet immobilier constituait donc une menace évidente pour la biodiversité. Un argument confirmé par le tribunal dans son jugement : "l’insuffisance du dossier du permis de construire ne permet pas de déterminer avec certitude le nombre d’arbres à supprimer et à replanter".

Désormais soulagé, le collectif invite les riverains et les citoyens à fêter cette décision, et porter ensemble "un véritable projet de préservation de la nature en ville, profitant à tous."

L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Environnement" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité