Vague de chaleur : les conseils de deux aventuriers et sportifs de l'extrême

Publié le Mis à jour le

Une vague de chaleur importante va toucher la France en fin de semaine. Si vous voulez vous exercer, voici les conseils de deux aventuriers et sportifs de l'extrême : Rémi Camus et Karim Mosta.

On vous rassure, nous n'allons pas connaître des conditions extrêmes comme Rémi Camus et Karim Mosta. Mais face à l'arrivée d'une forte vague de chaleur, quelques conseils d'experts ne sont pas de trop !

Cette vague précoce et intense a même déjà commencé dans certains territoires, et mardi 14 juin, Météo France a revu ses prévisions à la hausse. La vigilance canicule est de mise, avec les rappels aux règles d'hydratation et de protection du soleil, nous avons recueilli le retour d'expérience de deux aventuriers et sportifs de l'extrême.

Rémi Camus, un aventurier-explorateur, formateur en survie

Rémi Camus possède à son actif de nombreuses explorations et défis. Son premier challenge remonte en 2011, lorsqu'il change de vie pour se lancer dans une traversée de l'outback australien, 5 400 km seul, en courant et sans assistance. Rien qu'à l'écrire, on a déjà chaud !

Il a connu des températures extrêmes en Australie et aussi quatre jours sans boire. C'est au cours de cet épisode extrême que l'aventurier s'est engagé dans la protection de l'eau et l'accès à l'eau potable. Par son expérience, l'aventurier a compris que certaines habitudes de la population devaient être balayées. 

"La plupart des gens lorsqu'il fait très chaud se dévêtissent, ils se mettent torse nu ou en short. Il vaut mieux porter des vêtements longs et amples, cela va nous permettre de créer une climatisation naturelle avec le vent qui s'engouffre à l'intérieur", avance-t-il.

Boire de l'eau tiède ?

À l'approche de la forte vague de chaleur, le natif du Centre-Val de Loire nous fait profiter de ses conseils sur la gestion de l'eau.

"Il ne faut pas consommer des liquides très frais mais des liquides tempérés. On évite que son organisme ait à produire de l'énergie pour pouvoir faire réchauffer cette eau pour qu'elle soit assimilée au corps", affirme-t-il. "Beaucoup boivent dès qu'ils ont soif et en grande quantité. Il faut faire l'inverse. Boire souvent en petite quantité. Le corps humain est incapable d'assimiler une trop grande quantité d'eau qui va partir directement dans les urines."

"Plus on va manger, plus notre corps va être en demande d'eau. Il faut de la nourriture comme des pêches, des melons, des pastèques… De la nourriture juteuse qui va non seulement permettre de nous alimenter mais également de nous hydrater."

La vague de chaleur n'empêche pas en tout cas Rémi Camus de s'entraîner. Il est actuellement en pleine préparation pour un défi inédit : partir de Calvi (Corse) pour rejoindre Monaco à la nage en totale autonomie et sans assistance. Le centre hospitalier universitaire de Grenoble va suivre de près cette aventure afin de voir comment le corps humain gère le stress en milieu hostile. L'aventure pourra être suivie en temps réel sur la page : https://www.thenextexploration.fr/

Karim Mosta, le marathonien qui a couru sous 60 degrés

Karim Mosta n'est définitivement pas comme les autres. Double vainqueur de la coupe du monde d'ultra marathon, 150 raids, 135 pays découverts en 38 ans… Le marocain a parcouru le monde, et a réalisé l'équivalent de cinq tours de la terre à pied. Le sportif âgé de 67 ans est en passe de réaliser un nouvel exploit puisqu'il est parti d'Amsterdam il y a un mois et demi pour rejoindre Dakar en vélo. 

Habitué des conditions extrêmes, Karim Mosta a accepté de se livrer pour France 3 Bourgogne. Face aux fortes chaleurs, le sexagénaire conseille de se montrer raisonnable quant aux efforts fournis. "En Espagne, les gens se lèvent à 5h du matin pour aller faire du sport et je conseille aux Français de faire pareil. Le soleil est bien plus dangereux qu'on le pense et le malaise peut vite arriver", avertit-t-il. Sportifs, il faudra donc se montrer matinal !

Manger des dattes… Et boire de l'eau salée

Le marathonien ne peut pas se payer ce luxe. Ce dernier vient de passer l'Andalousie, une région extrêmement chaude où il a roulé sous 40 degrés l'après-midi. Dans ces conditions, Karim Mosta a quelques solutions. "Je m'arrose fréquemment et je me couvre toujours d'une casquette. Nous perdons beaucoup d'eau sous cette chaleur, je prends donc un peu de sel lorsque je m'hydrate mais pas trop. Il m'est déjà arrivé d'avoir les pieds gonflés lorsque je ne dosais pas !" raconte-t-il. Une boisson énergétique diluée à l'eau est aussi recommandée. 

L'alimentation est une clé sous ces conditions. "Il faut ne pas manger trop lourd. Pendant l'effort, je mange une salade, des fruits comme des dattes et des pastèques. Lorsque j'ai terminé mon effort, je m'autorise un repas plus complet avec du thé chaud pour garder de l'eau", déclare le sportif.

On devient un animal, on s'habitue à la chaleur

Karim Mosta

Double vainqueur de la coupe du monde de l'ultra marathon

L'hydratation est donc la clé des plus grandes performances, même lorsqu'on est un sportif du dimanche en temps de forte chaleur. Si on voit de nombreuses personnes vider une bouteille lorsqu'ils ont soif, cette solution n'est pas recommandée, comme Rémi Camus l'a précisé plus tôt. "Il faut boire de petites quantités régulièrement et ne pas hésiter à dépasser. Aujourd'hui, je buvais un petit peu toutes les dix minutes", conseille lui aussi Karim Mosta.

Il est d'ailleurs possible de suivre son périple Amsterdam-Dakar sur son site. Le natif de Casablanca donne également des conférences dans des clubs ou des écoles.