Vente exceptionnelle au Cellier de Clairvaux : recyclage contre gaspillage, une nouvelle vie pour les objets vintage

Au Cellier de Clairvaux à Dijon se tient, toute cette semaine, une grande vente dans l'esprit brocante d'objets et vêtements issus de "la Recyclade", une association donnant une seconde chance aux objets quotidiens. Le stock est énorme et remis à flot jusqu'au dimanche 21 avril.

Donner une nouvelle vie à des objets pour lesquels ils n'en n'avaient plus, c'est le but des recycleries. Cette semaine la Recyclade propose une sélection d'objets, dans le cadre d'une vente exceptionnelle à Dijon.

Une vente spécifique

La Recyclade dispose de deux sites solidaires à Dijon, une boutique dans le quartier des Bourroches et une boutique à Montmuzard. S'il faut être membre de l'association pour acheter en boutique solidaire, cette semaine, la vente exceptionnelle au Cellier de Clairvaux est libre. De plus, les objets proposés ont été triés, comme l'explique Camille Fabiano, valoriste à la Recyclade : "On essaie, sur certains objets, de les extraire pour pouvoir les mettre en valeur de façon différente. Là, on est quand même dans un des plus beaux lieux de Dijon, sur une thématique spécifique qui plaît beaucoup et pour laquelle on a fait une sélection assez précise. "

Recyclage contre gaspillage

La lutte contre le gaspillage trouve une voie vertueuse dans le recyclage des objets. Et la vente en propose beaucoup. Les acheteurs sont donc à l'affût de belles affaires, comme un jeune homme qui "cherche plutôt des 33 tours, des disques pour ma collection. Là j'ai trouvé quelques petites pépites sympas !" Un monsieur recherche "plutôt des livres, des bandes dessinées. J'ai trouvé un souvenir du lycée" (il montre une bande dessinée).

Un papa est ravi : "on a trouvé un gros camion pour mon fils, ç'a été le coup de coeur, une petite chemise et puis une petite brosse."

Un gisement inépuisable

Acheter du recyclé, c'est aussi pour la bonne cause. Un jeune homme en est convaincu : "c'est absolument nécessaire aujourd'hui, surtout que je suis assez sensible à tout ce qui est exploitation d'humains dans toutes les grandes entreprises de fast-fashion notamment, et surtout au désastre écologique que ça représente. C'est pour cela que je pense qu'acheter en seconde main, c'est toujours mieux, c'est souvent moins cher et de meilleure qualité."

L'année dernière, ce sont 150 tonnes d'objets qui ont transité par la Recyclade, plutôt qu'aller à la déchetterie. Des milliers d’objets, des dizaines de milliers de vêtements qui ont retrouvé une place ici où là. C’est une certitude: la Recyclade a un grand avenir devant elle. Le gisement est inépuisable.

► Avec Emmanuel Pinsonneaux et Damien Rabeisen