Déjà 3 semaines d'attente : le premier centre dédié aux contrôles techniques des motos va ouvrir à Dijon

À partir du 15 avril, toutes les motos immatriculées avant 2017 devront passer au contrôle technique sous peine d'exposer leur propriétaire à une amende. À Dijon, le premier centre spécifique de France destiné aux motos ouvrira ses portes prochainement. Un centre dirigé par un motard et dont les contrôleurs ont tous le permis moto.

Cela faisait longtemps que la mesure planait au-dessus des casques, jusqu'à ce que le couperet tombe. C'est acté : les motos - de moyennes et grosses cylindrées - mais aussi les scooters, vélomoteurs en tout genre, les quads, les Can-Am et les voitures sans permis... tous ces véhicules vont devoir se plier au principe du contrôle technique.

Un contrôle qui devra être réalisé tous les 3 ans, contre 2 ans pour les voitures "classiques". Un décret a été publié sur le Journal Officiel il y a un an et sa mise en application est prévue dès le 15 avril 2024 pour les véhicules dont la mise en circulation va de 1960 à 2017. Suivez ce lien pour une notice explicative.

Déjà 3 semaines d'attente

À Dijon, Sébastien Desvignes a su anticiper et a choisi de monter son propre centre de contrôle technique dédié à la moto. Un centre unique en France pour le moment, puisque la plupart de ces points de contrôle technique accueilleront à la fois des voitures et des motos.

Mais pour ce motard, qui roule depuis l'âge de ses 18 ans, la cohabitation entre les voitures et les motos est à éviter dans un centre technique. " C'est trop dangereux et le va-et-vient des véhicules exposerait trop les motards, qui rentrent dans le centre à contrario des automobilistes qui nous laissent les clés de leur voiture. Le motard a besoin de se sentir en confiance".

Dans ce centre situé en zone nord de Dijon et qui ouvrira ses portes le 15 avril, déjà 150 motos sont inscrites pour un contrôle. La liste d'attente s'allonge à vue d'œil - il y a aujourd'hui 3 semaines d'attente - car seulement 8 véhicules seront traités par jour.

"On va commencer doucement car il faut acquérir de nouveaux réflexes. Manœuvrer une moto de 400 kilos, ça demande de l'adresse et des précautions, et puis monter une moto sur une table de levage, ça prend du temps !", nous confie le chef d'entreprise.

Tout comme pour les voitures, 8 fonctions principales seront étudiées sur les motos, dont entre autres l'identification, la direction, l'éclairage et les pneumatiques. Le contrôleur procédera à un examen visuel des disques et des suspensions, mais il n'y aura pas de test à proprement parler pour ces fonctions-là. Par contre, un test de pollution sera effectué pour les véhicules immatriculés à partir de 1999.

En tout, 100 points seront étudiés sur les motos, contre 124 pour les voitures.

Question tarif, le motard devra s'acquitter d'un montant variable selon le gabarit de son véhicule. 40 euros pour les scooters et de 60 à 70 euros pour les gros cubes.

Le premier contrôle technique aura lieu aux 5 ans de la mise en circulation du véhicule et restera valable pendant 3 ans.

Quand on est à moto, on roule sur une surface de contact équivalente à celle de 4 timbres-poste. Négliger ses pneus, c'est courir à la catastrophe !

Sébastien Desvignes, contrôleur technique

Pour Sébastien Desvignes, la mise en place de ces contrôles techniques obligatoires a du sens. " Parmi les motards, nombreux sont des pilotes saisonniers qui négligent l'état de leurs pneumatiques entre une fin de saison et la reprise d'un début de saison. Beaucoup se retrouvent par terre dès les 50 premiers kilomètres car leurs pneus sont en mauvais état ". Autre argument en faveur de plus de sécurité, un contrôle technique de moins de 6 mois sera obligatoire lors d'une vente, ce qui permettra à l'acheteur de s'assurer que la moto achetée est en bon état. Une protection de plus pour les jeunes qui se lanceront dans l'achat de leur premier deux roues.

135 euros d'amende minimum pour les contrevenants

Obligatoire à partir du 15 avril 2024 pour toutes les motos mises en circulation entre 1960 et 2017, les forces de l'ordre devraient toutefois faire preuve de mesure avant de dresser les premières contraventions. Le montant de l'amende sera fixé à 135 euros, mais il pourra être graduel, et aller jusqu'à l'immobilisation du véhicule avec une rétention en fourrière.

"Les motards sont à 90% contre cette mesure", estime Sébastien Desvignes, en rappelant combien la FFMC (Fédération Française des Motards en Colère) s'est battue contre l'obligation de la vignette sur les motos. "Une victoire de haute volée !" s'exclame-t-il.

Cette même fédération appelle les motards à une manifestation nationale les 13 et 14 avril prochain avec pour slogan : "balance ton centre". Déjà, en 2021 et 2023, ils étaient plusieurs centaines à faire vrombir leur moteur à Dijon pour exprimer leur mécontentement. Il existe 850 centres de contrôle techniques mixtes (voitures motos), et dans les prochains mois, une trentaine de centres dédiés à venir.