VIDEO. Le Palais de Justice de Dijon, ancien Parlement de Bourgogne, se dévoile après sa rénovation

Resté longtemps fermé au public pendant ses travaux de restauration, le Palais de Justice de Dijon, ancien Parlement de Bourgogne, se révèle au public. Des visites guidées sont organisées pour redécouvrir l'histoire du lieu.

Au terme d'années de travaux de restauration, le Palais de Justice de Dijon se révèle, les échafaudages disparaissent, et les façades rénovées se dévoilent. Une opération d'envergure qui permet aux Dijonnais de retrouver le bâtiment qui était l'ancien Parlement de Bourgogne, par le biais de visites guidées proposées par l'office de Tourisme de Dijon.

Des travaux d'envergure

Ce sont trois ans de travaux qui ont permis de remettre en sécurité certains éléments du bâtiment, et de permettre une restauration patrimoniale, certains travaux remontaient à plus d'un siècle.

Les différentes opérations ont consisté en une restauration ou révision des couvertures du site, ce qui représente 5000 m2 de toitures. Les façades extérieures ont été restaurées (7000m2). Les menuiseries ont été restaurées ou changées, soit 640 menuiseries (près de 400 fenêtres), le tout pour un budget de de 22 millions d'euros pour le ministère de la Justice.

Le chef de cabinet de la Première Présidence de la Cour d'appel de Dijon, Jean Massicard, détaille en quoi il fallait intervenir sur ce bâtiment emblématique de Dijon : "Cette opération était nécessaire, on avait des sculptures qui se désagrégeaient, elles étaient toutes sous filet. Une nécessité en termes de sécurité, une nécessité en termes de patrimoine , car les derniers travaux remontaient à 100 - 150 ans. On avait au fil des décennies procédé à des remplacements de menuiseries anciennes, par du PVC ou de l'aluminium, des matériaux qui venaient un peu défiguer le patrimoine lié à l'ancien Parlement de Bourgogne."

Un peu d'histoire

Transféré de Beaune à Dijon sous Louis XI au XVIème siècle, le Parlement de Bourgogne marque l'origine du Palais de Justice de Dijon.

Le Parlement de Bourgogne était une cour souveraine de Justice, dont l'installation à Dijon "avait été voulue par Louis XI après la mort du dernier duc de Bourgogne, et permettait de trancher les conflits et gérer les affaires administratives de la Province. Il y avait des officiers qui rendaient la Justice dans ce lieu", explique Sylvain Bientz, guide à l'Office de Tourisme de Dijon.

Sylvain Bientz explique que la salle des pas perdus était ouverte sur la ville : "Il y avait du public dans la salle des pas perdus, il y avait des échoppes, mais pas que pour les justiciables. Le pouvoir judiciaire était installé en coeur de Ville."

La chambre dorée

Partie attenante à la salle des pas perdus, la Chambre Dorée, qui recèle une anecdote, comme le raconte Sylvain Bientz : "Le roi Louis XIV va venir faire enregistrer par le Parlement une décision qu'il avait prise, à savoir taxer les vins de Bourgogne, ce que bien évidemment vont refuser les Parlementaires."

La chambre dorée est emblématique de l'époque. Sylvain Bientz explique en quoi cette salle est particulière :  "Le 15 novembre 1658, le roi Louis XIV va exercer un 'lit de Justice', un texte qui va permettre d'enregistrer une décision prise par le Parlement, une ordonnance qui va permettre de contester éventuellement les décisions royales. Ce qu'on appelait un lit de justice, c'était une salle symbolique avec un lieu de pouvoir pour prendre cette décision et le roi en personne, installé ici même effectuera ce lit de justice. "

Le 'lit de Justice' doit son nom au grand siège garni de coussins où le roi prenait place quand il rencontrait le parlement.

Le bâtiment sera le siège du Parlement de Bourgogne jusqu'à la Révolution Française, qui deviendra par la suite le tribunal d'instance et de grande instance et une cour d'appel.

Une révélation pour les visiteurs

Les visiteurs qui découvrent le lieu restent sous le charme. Une visiteuse avoue qu'elle était "loin de soupçonner que les espaces autour de la salle des pas perdus puissent être aussi beaux, aussi bien conservés et encore d'une grande utilité pour la vie d'aujourd'hui".

Un homme déclare, regardant les plafonds : "c'est un lieu tellement chargé d'histoire déjà d'une beauté au niveau architectural assez impressionnant."

Au-delà de l'aspect patrimonial et de la mise en sécurité du lieu, le ministère de la Justice "démontre qu'il entretient le patrimoine qui lui est confié pour le service public" déclare le chef de cabinet de la Première Présidence de la Cour d'appel de Dijon, Jean Massicard. "Ce n'est pas forcément le lieu le plus adapté pour une activité opérationnelle dans ce domaine, il y a beaucoup d'escaliers, des gros volumes mais pas forcément beaucoup de bureaux. C'est un effort que chacun fait, en contrepartie, le patrimoine est conservé, le lieu vit. Ça a été un symbole du pouvoir judiciaire au centre de Dijon pendant longtemps, le symbole persiste dans le temps et on le maintient."

À noter que les travaux ont permis de mettre au goût du jour certaines exigences énergétiques, "la qualité thermique du bâtiment a été améliorée lors des travaux, double vitrage lorsque c'est possible, vitrage plus épais le cas échéant", pour répondre aux enjeux climatiques.

Des visites du Palais de Justice sont programmées jusqu'au mois de juin.

L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Culture" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité