Emmanuel Macron en Bourgogne : comment Semur-en-Auxois se prépare à accueillir le chef de l'Etat

Le Président de la République Emmanuel Macron est en visite en Côte-d'Or ce vendredi 15 septembre. Au programme, la visite de la Collégiale de Semur-en-Auxois et le château de Bussy-Rabutin. Une visite en préambule aux Journées du Patrimoine du 16 et 17 septembre.

C'est un événement pour la commune de Semur-en-Auxois et ses 4100 habitants : plus aucun chef d'Etat ne s'y était rendu visite depuis François Mitterrand en 1985. 

Une visite plutôt attendue

Le chef de l'Etat effectue son déplacement en prélude aux Journées du patrimoine qui se déroulent ce week-end. Il vient présenter sa "nouvelle impulsion" donnée à la préservation du patrimoine religieux.

Les habitants, comme le boucher Vincent Charlot, dont la boutique est située à deux pas de la Collégiale Notre-Dame, sont plutôt satisfaits de la venue du Président de la République : "C'est la première fois que je vais connaître ça oui, ça peut être bien pour la ville de Semur pour la rénovation d'église et aussi pour tout ce qui est tourisme pour la ville".


Pour la libraire, Maelig Hamar, là aussi la visite présidentielle est un point positif : "ça ne peut être qu'un plus parce que c'est vrai qu'à Semur, il y a eu un des moments où c'est un petit peu difficile de restaurer le patrimoine historique et c'est dommage."

Des contraintes de sécurité

Tout le centre-ville est bouclé depuis 14 heures jeudi. La circulation est le stationnement sont interdits. Ce sont des mesures de sécurité strictes qui embêtent certains commerçants et riverains : "C'est un peu compliqué à mettre en place pour la restauration demain sur le service du midi parce qu'il y a beaucoup de mesures qui ont été mises en place au dernier moment." affirme Lucien Bottini, restaurateur.

"C'est un peu contraignant pour les Semurois qui sont bloqués chez eux à l'heure du déjeuner" déplore un habitant.

Des annonces pour le patrimoine religieux

Le Président devrait annoncer de nouvelles mesures à l'occasion de la visite de la célèbre collégiale Notre-Dame, classée monument historique depuis 1840. Il devrait s'exprimer sur la rénovation des édifices religieux, de possibles annonces très attendues par la maire de la ville Catherine Sadon (DVC), qui voit le clocher de l'église se dégrader d'année en année. Les pierres sont mal jointées et des infiltrations d'eau s'étendent à tout l'édifice. 

La visite présidentielle se prolongera par une visite du château de Bussy-Rabutin, sur la commune de Bussy-le-Grand.