Fin du permis de conduire à vie : "vous n'allez pas me dire qu'à 90 ans, on peut encore conduire ?"

Alors que la fin du permis à vie et l'instauration d'examens à réaliser à intervalle régulier seront discutées ce mercredi 28 février au parlement européen, nous sommes allés vous demander si vous étiez favorable à ce projet.

Le permis de conduire à vie bientôt en bout de course ? Le parlement européen réfléchit à instaurer une visite médicale obligatoire tous les 15 ans pour les automobilistes afin de garder le précieux papier. Les personnes de plus de 70 ans pourraient même être soumises à un examen tous les cinq ans. Le but, contrôler la vue, l'ouïe ou encore les réflexes.

Des Dijonnais favorables à la mesure

Dans les rues de Dijon (Côte-d’Or) cette perspective semble convaincre du monde. "Vous n’allez pas me dire qu’à 90 ans, on peut conduire ?", confie une habitante de la Cité des Ducs. "J’ai ma grand-mère qui conduit encore alors qu’elle a des problèmes de jambe. Elle a de plus en plus de mal à conduire, donc je pense que ce serait bien qu’elle fasse des examens", détaille de son côté une jeune femme.

Même son de cloche pour cette autre automobiliste. "Je trouve que c'est une excellente idée. Il y a une augmentation des accidents qui sont dûs aux séniors, donc je pense que c'est une bonne idée. Ce sera tout à fait normal !". Enfin, une autre conductrice se dit prête à se soumettre à un examen régulier de ses capacités au volant. "C'est pas mal car des personnes ont une mauvaise conduite. C'est un contrôle en fait. Moi j'ai des lunettes, donc ce sera pas mal".

Selon une étude de l'Ifop pour Le Parisien, 59 % des personnes interrogées sont favorables à l'obligation d'une visite médicale pour les automobilistes européens. Le chiffre monte même à 70 % de réponses favorables pour les séniors.

Que disent les chiffres de la sécurité routière ?

Si l’on regarde de plus près les chiffres de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, on constate que les plus de 75 ans représentent 15,2 % des personnes qui ont trouvé la mort sur les routes de France en 2022. Un chiffre légèrement inférieur aux 18-24 ans (17,2 %) mais au-dessus des 55-64 ans (12 %) et des 65-74 ans (11,6 %).

Quand ils sont impliqués dans un accident mortel, les plus de 75 ans sont responsables dans 80 % des cas. C’est la tranche d’âge à la responsabilité la plus élevée, avec les 18-24 ans (80 % également), loin devant les 35-49 ans (57 % de responsabilité).

Mais malgré ces chiffres, mettre fin au permis à vie, c’est inenvisageable pour l’association 40 millions d’automobiliste. "Est-ce qu’on repasse son bac tous les 15 ans ? Non ! Le permis de conduire est un diplôme, un droit acquis qui ne peut et ne doit être remis en question qu’en cas de non-respect répété des règles imposées par le Code de la route".

Une pétition contre le projet de loi a par ailleurs récolté plus de 420 000 signatures.

Déjà appliqué dans certains pays d'Europe

Pour autant, pour d’autres, le projet ne va pas assez loin. C’est le cas de Jean-Benoît Roidor, gérant d'une auto-école à Dijon. Il milite pour la mise en place d’un rappel du code de la route tous les dix ans.

"Si on voit cinq ans, dix ans en arrière, tout ce qui est éco-conduite n’était pas d’actualité. La mobilité a beaucoup évolué, avec les deux-roues, les trottinettes. Donc une piqûre de rappel ne pourrait pas faire de mal aux conducteurs".

Rassurez-vous, pour l’heure votre permis va rester bien au chaud dans votre portefeuille le temps du vote du projet… Il sera présenté au Parlement européen dès mercredi. Et en cas de vote favorable, la mesure serait mise en place à partir de 2033.

En Europe, seuls six pays, la France, l'Allemagne, la Pologne, l'Autriche, la Bulgarie et la Turquie, délivrent un permis à vie. Au Portugal par exemple, l'examen médical est obligatoire à partir de 40 ans et doit être réalisé à 50, 65 et 75 ans. Les automobilistes doivent ensuite passer des tests tous les deux ans, passé cet âge-là.