• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Gilets jaunes : les députés LREM de Côte-d'Or appellent à saisir “la main tendue du Premier ministre”

Didier Paris, Yolaine de Courson, Didier Martin et Fadila Khattabi, députés LREM de Côte-d'Or. / © MaxPPP et France 3 Bourgogne
Didier Paris, Yolaine de Courson, Didier Martin et Fadila Khattabi, députés LREM de Côte-d'Or. / © MaxPPP et France 3 Bourgogne

Dans un communiqué, les députés LREM de Côte-d'Or appellent ce mercredi les "gilets jaunes" à saisir "la main tendue du Premier ministre".

Par M. F. et AFP

"Les annonces du Premier ministre sont un signal fort d’apaisement et un premier pas décisif vers une grande concertation nationale dans tous les territoires". Dans un communiqué commun diffusé ce mercredi 5 décembre 2018, les quatre députés La République en Marche de Côte-d'Or appellent les "gilets jaunes" au calme.

"La levée de l’augmentation des taxes sur le carburant était la condition préalable à la reprise du dialogue. Depuis hier, c’est chose faite", indiquent Didier Martin, Fadila Khattabi, Yolaine de Courson et Didier Paris. Les élus demandent aux "gilets jaunes" de saisir "la main tendue du Premier ministre".

"Tout en maintenant le cap des réformes qui permettront la transition écologique et énergétique de la France, Édouard Philippe entend la colère profonde et légitime des Français,
poursuit le communiqué. Nous député.e.s, représentant.e.s de la Nation, nous continuerons à rencontrer celles et ceux qui le souhaiteront et à soutenir le Gouvernement dans sa démarche. Le Parlement jouera pleinement son rôle institutionnel pour dégager des solutions en faveur du pouvoir d’achat et de la justice fiscale."
 

"Appel clair et explicite au calme"

Plus tôt dans la journée ce mercredi, Emmanuel Macron s'est joint directement aux tentatives d'apaisement de la crise, demandant l'aide des partis et des syndicats au moment où le gouvernement défend son moratoire sur la hausse des taxes.

Le président demande "aux forces politiques et syndicales, au patronat de lancer un appel clair et explicite au calme", a rapporté le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, à l'issue du Conseil des ministres.

"Ce qui est en jeu, c'est la sécurité des Français et nos institutions. Je lance ici un appel à la responsabilité", a dit pour sa part le Premier ministre Édouard Philippe lors d'un discours devant l'Assemblée.

"Tous les acteurs du débat public, responsables politiques, responsables syndicaux, éditorialistes et citoyens, seront comptables de leurs déclarations dans les jours qui viennent", a-t-il ajouté, insistant que le gouvernement serait "intraitable" face aux "factieux" et aux "casseurs".

L'exécutif redoute avant tout une nouvelle explosion de violences ce week-end, après les scènes d'émeutes samedi 7 décembre notamment à Paris.


L'intégralité du communiqué

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : des lycéens s'agenouillent en soutien à ceux interpellés à Mantes-la-Jolie

Les + Lus