Ils font le tour de l’Europe à vélo-roulotte pour découvrir le métier d'agriculteur : "voir tout ce qu'il y a à voir"

Partis depuis le 8 mai de Bazolles (Côte-d’Or), Camille Chartier et Oscar Wagner font un tour d’Europe en roulotte, tractée par deux vélos. Leur but : s’arrêter dans les fermes qu’ils croisent pour découvrir le métier d'agriculteur, qu'ils rêvent d'effectuer à leur retour en France.

C’est à bord de l'Oscamtar, une caravane qu’ils ont construite eux-même, que Camille Chartier et Oscar Wagne partent à l'aventure. Celle-ci pourrait durer jusqu’à deux ans.

Cela fait 6 mois qu'on planifie cette expédition, on voulait partir maintenant avant de rentrer dans le monde du travail.

Oscar Wagner

Le couple de 26 ans, originaire de la Nièvre souhaite ouvrir sa propre ferme. Mais avant cela, il compte bien s'inspirer de ce qui se fait ailleurs.

Camille vient de terminer ses études d’ingénieur agronome, Oscar lui vient de terminer son parcours dans la construction et le design d'intérieur.

Cette roulotte, ils la construisent depuis des mois. Elle est montée sur un châssis en acier avec une ossature en bois, une bâche de camion et un isolant recouvre le véhicule. À l’intérieur, on peut retrouver un coin cuisine avec une gazinière, et un espace nuit. Elle est également équipée d’un panneau solaire et d’une batterie pour recharger leurs équipements électroniques. Le véhicule dispose même d'une douche solaire.

 On a tout fait à la main, j'ai même appris la soudure sur le tas.

Oscar Wagner

Les futurs agriculteurs ont attaché leurs deux vélos à l’avant, qu’ils utilisent pour tracter leur caravane. Elle pèse selon eux 250 kg et leur a couté environ 2 500€.

Ce choix de partir à vélo, ils l'ont fait pour trois raisons : "D'abord il y a un intérêt économique, c'est un mode de transport moins onéreux. Pour nous, pouvoir se déplacer en respectant l'écologie était également important", détaille Oscar. Camille ajoute : "On voulait aussi rouler doucement, pour avoir le temps de bien regarder ce qui nous entoure et de pouvoir parler aux personnes qu'on rencontre."

Ça fait que 5 jours qu'on est partis, si on est déjà fatigué, ça va être compliqué !

Oscar Wagner

Camille et Oscar ne sont pas des cyclistes aguerris. Pour l'instant, quelques courbatures sont présentes mais leur motivation ne faiblit pas. Première étape pour le couple nivernais, la Bretagne en suivant les bords de la Loire. "On a repéré quelques fermes qui nous intéressent là-bas, on ne les a pas encore contactées parce qu'on ne sait pas quand on y sera. Pour l'instant on vit au jour le jour", confie Oscar. Avec un rythme d'environ 30 kilomètres par jour, les deux aventuriers devraient rejoindre leur première destination dans environ deux semaines.

Le couple avoue être déjà passé par toutes les émotions depuis son départ : "On a eu de la casse au niveau du châssis en acier, ça a été un grand moment de stress, on a failli tout remettre en question. Heureusement le 2ème voisin qu'on est allé voir avait une soudeuse et on a pu réparer ça vite. Sinon c'est que du positif."

Après la Bretagne, Oscar et Camille prévoient de remonter vers le nord en suivant la côte : "On veut passer par la Belgique, le Luxembourg, l'Allemagne pour ensuite redescendre du côté de la Roumanie et de la Grèce. On ne sait juste pas comment on va faire pour traverser les Alpes afin de revenir, il y a trop de dénivelés pour se déplacer avec la caravane."

Ouvrir une ferme mais de quel genre ?

Les deux voyageurs font ce voyage pour s'inspirer des fermes qu'ils vont rencontrer : "On souhaite ouvrir une ferme, mais c'est encore très flou, on ne sait pas encore ce qu'on veut cultiver, élever et avec quelles techniques". Dans les pays étrangers qu'ils vont visiter, les agriculteurs ont des techniques et des outils différents. "Le but c'est de voir tout ce qu'il y a à voir, pour ensuite bâtir la ferme qui nous correspond", raconte Oscar.

Ils souhaitent également voir des bâtiments à basse consommation d'énergie et respectant les normes écologiques. Leur projet de ferme s'inscrit dans cette démarche : "Après mes études de construction, j'ai remarqué que c'était un truc qui me manquait. Même si on respecte les normes, je voulais me rapprocher de constructions vraiment écologiques", souligne Oscar.

Cet hiver, le couple prévoit de faire une pause dans son périple et de trouver un travail saisonnier pour pouvoir continuer sereinement leur voyage.