Les agriculteurs sont toujours hostiles au futur Parc National

Alors que l'assemblée générale du Groupement d'Intérêt Public (GIP) du futur Parc national se tenait ce lundi 29 février à Vanvey, les agriculteurs de Côte-d'Or et de Haute-Marne ont réaffirmé leurs craintes.

Le futur Parc national des forêts de Champagne et Bourgogne organisait ce lundi 29 février son Assemblée générale à Vanvey en Côte-d'Or. Information sur le dossier de création du Parc national et de la réserve intégrale Approbation du Rapport d’activité et du Compte financier était à l'ordre du jour.

Mais au même moment, les agriculteurs ont réaffirmé leur hostilité à ce futur Parc National. "La grande majorité des agriculteurs ne veut pas de ce Parc, les agriculteurs refusent de se laisser enfermer à perpétuité dans un coeur de parc contraignant." expliquent les présidents des FDSEA 52 et 21 et Jeunes Agriculteurs 52 et 21 dans un communiqué.

Ils poursuivent : "Ils demandent le retour au projet initial de fin 2011qui avait recueilli 94 % d’avis favorables sur un projet de coeur de l’ordre de 20 000 ha, positionné principalement sur les forêts domaniales. Le projet qui a été imposé par les instances parisiennes en 2014, n’est pas celui de notre territoire. Les agriculteurs ne sont pas opposés à une démarche d’adhésion, avec un objectif clair de développement économique à la clé."

Ecoutez Thierry Ronot, Agriculteur à Lucey (Côte-d'Or) et Guy Durantet Président du GIP des forêts de Champagne et de Bourgogne
durée de la vidéo: 00 min 34
AG Parc National

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie parc national champagne-bourgogne nature sorties et loisirs