Les agriculteurs sont toujours hostiles au futur Parc National

Alors que l'assemblée générale du Groupement d'Intérêt Public (GIP) du futur Parc national se tenait ce lundi 29 février à Vanvey, les agriculteurs de Côte-d'Or et de Haute-Marne ont réaffirmé leurs craintes.

Par Christophe Tarrisse

Le futur Parc national des forêts de Champagne et Bourgogne organisait ce lundi 29 février son Assemblée générale à Vanvey en Côte-d'Or. Information sur le dossier de création du Parc national et de la réserve intégrale Approbation du Rapport d’activité et du Compte financier était à l'ordre du jour.

Mais au même moment, les agriculteurs ont réaffirmé leur hostilité à ce futur Parc National. "La grande majorité des agriculteurs ne veut pas de ce Parc, les agriculteurs refusent de se laisser enfermer à perpétuité dans un coeur de parc contraignant." expliquent les présidents des FDSEA 52 et 21 et Jeunes Agriculteurs 52 et 21 dans un communiqué.

Ils poursuivent : "Ils demandent le retour au projet initial de fin 2011qui avait recueilli 94 % d’avis favorables sur un projet de coeur de l’ordre de 20 000 ha, positionné principalement sur les forêts domaniales. Le projet qui a été imposé par les instances parisiennes en 2014, n’est pas celui de notre territoire. Les agriculteurs ne sont pas opposés à une démarche d’adhésion, avec un objectif clair de développement économique à la clé."

Ecoutez Thierry Ronot, Agriculteur à Lucey (Côte-d'Or) et Guy Durantet Président du GIP des forêts de Champagne et de Bourgogne
AG Parc National
Alors que l'assemblée générale du Groupement d'Intérêt Public (GIP) du futur Parc national se tenait ce lundi 29 février à Vanvey, les agriculteurs de Côte-d'Or et de Haute-Marne ont réaffirmé leurs craintes.

 

Sur le même sujet

Les + Lus