Cet article date de plus de 5 ans

Les chauffeurs de taxis ont mis fin à leur mouvement

Après trois jours de mobilisation, les chauffeurs de taxi ont cessé leur mouvement vendredi 29 janvier 2016. Le Premier ministre a annoncé un renforcement des contrôles de VTC (voitures de transport avec chauffeur).
Les chauffeurs de taxi dénoncent la concurrence des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur) et la mauvaise application de la loi Thévenoud.
Les chauffeurs de taxi dénoncent la concurrence des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur) et la mauvaise application de la loi Thévenoud.

 


Quelles sont les mesures annoncées par le Premier ministre ?

Les chauffeurs de taxi dénoncent la concurrence des VTC (véhicules de tourisme avec chauffeur) et la mauvaise application de la loi Thévenoud qui encadre la coexistence des VTC et taxis.

Après trois jours de forte mobilisation, le Premier ministre a repris la main sur le dossier. Jeudi soir, il a reçu pendant près de trois heures l'ensemble des organisations de taxis (elles sont 17 en tout).
Cette réunion a eu lieu en présence du ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve, du secrétaire d'Etat aux Transports Alain Vidalies, et du médiateur, le député PS de Côte-d’Or Laurent Grandguillaume.

Manuel Valls a annoncé un renforcement des contrôles visant les VTC dans 12 départements.
Une réunion de suivi de ces contrôles aura lieu chaque semaine avec le député bourguignon
Laurent Grandguillaume. Ce dernier a salué le "plan d'action immédiat" du Premier ministre, qui va notamment se traduire par "des lettres de mise en demeure" à "une vingtaine de plateformes". Laurent Grandguillaume a précisé qu'il recevrait "à nouveau les acteurs mardi prochain".

A noter aussi que le Premier ministre a laissé la porte ouverte à des aides financières pour les taxis les plus en difficulté. Il pourrait s'agir d'étalements fiscaux ou de cotisations sociales, a-t-il dit.



Qu'en pensent les chauffeurs de taxi ?

A l'issue de la rencontre, certaines organisations de taxis ont immédiatement appelé les chauffeurs à lever les barrages. D'autres, comme les syndicats FO, CFDT, SDCTP ou l'association Taxis de France, ont voulu d’abord consulter leur base. Leurs troupes ont entendu les arguments puisque la circulation a été rétablie vendredi matin sur l'ensemble de la Région parisienne.

A Paris, quelques voitures appartenant aux tout derniers récalcitrants, qui refusent "les promesses" de Manuel Valls, ont été enlevées par les services de la préfecture de police.
A l'aéroport d'Orly, environ 90 taxis stationnaient dans le calme. A Roissy, une cinquantaine de manifestants s'est retirée vers sa base.



Poursuivre votre lecture sur ces sujets
transports économie mouvement social social laurent grandguillaume politique