• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Les sapins du Morvan sont décimés par les fortes chaleurs de l'été

La sécheresse a décimé les jeunes plantations de sapins du Morvan.
La sécheresse a décimé les jeunes plantations de sapins du Morvan.

Parmi les cultures affectées par la sécheresse de cet été, celle des arbres et en particulier les sapins, destinés aux fête de Noël. Chaleur et manque de pluie sont en train de provoquer une véritable hécatombe dans les jeunes plantations. 

Par LR ave AFP

Des températures extrêmes. Difficile à supporter pour les organismes, mais aussi pour les jeunes arbres. Le Morvan est un secteur propice à la production de sapins. Les jeunes plants souffrent davantage du manque d'eau et du soleil fort de ces deux derniers mois. Les jeunes épicéas sont pour certains complètement grillés. Les conséquences sont catastrophiques pour certains producteurs. Une année entière de production se retrouve ainsi perdue. 

Reportage à La Roche-en-Brenil en Côte-d'Or de M.Gillot et D.Waxin

  • Jean-Paul Marchand
    Producteur de sapins de Noël
Sapins victimes de la sécheresse

"Les conséquences se ressentiront dans sept ou huit ans"

La sécheresse touche l'ensemble des exploitations forestières du Morvan. Cette région productrice de sapins de Noël fait pousser les arbres qui accueilleront à leur pied en décembre les cadeaux tant désirés. "Ils ne sont pas menacés", assurent les producteurs. Sur son exploitation de 40 hectares près de Saulieu (Côte-d'Or), Daniel Brizard a constaté que "les plantations de cette année sont mortes et celles d'il y a deux ans sont perdues à 50%". 

Producteur de sapins de Noël à Villargoix (Côte-d'Or), Christian Colliette a pour sa part estimé avoir "limité les dégâts" en arrosant "une fois par semaine, depuis trois semaines" ses plants. Ses 30 hectares de plantations n'accusent, selon lui, que "10% de pertes". "Les premiers punis, ce sont les jeunes plants et ils meurent plus de la chaleur que du manque d'eau", a-t-il expliqué. Le président de l'Association française du sapin de Noël naturel, Frédéric Naudet, s'est voulu rassurant, les arbres prévus pour être vendus en fin d'année étant déjà âgés d'"environ six ou sept ans".

Selon lui, les conséquences de la sécheresse se répercuteront "surtout sur les producteurs, qui devront réinvestir l'an prochain ce qui a été perdu mais, pour les consommateurs, les choses se lisseront pour qu'il y ait toujours les mêmes quantités à vendre dans les années à venir".
Frédéric Naudet a également alerté sur les conséquences de "l'accumulation de canicule et de sécheresse sur l'ensemble des plantations forestières et sur le programme de reboisement en France", la région Rhône-Alpes étant fortement touchée. Il a dit vouloir "attirer l'attention du ministère au titre des calamités agricoles".


Le Morvan, 3è producteur de sapins en France

Le Morvan produit un quart de la production hexagonale de sapins de Noël, derrière la Bretagne et Rhône-Alpes. En 2013, il s'en était vendu 5,6 millions, dont près de quatre millions cultivés en France, le reste venantde Belgique ou du Danemark.

Sur le même sujet

Retraites : Jacqueline Soullard

Les + Lus