• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

LGV Rhin-Rhône Branche Est : l’Europe va relancer des études

Les pays membres de l’Europe ont approuvé la liste des projets qui vont bénéficier d’un financement au titre du mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE). Un des dossiers concerne la 2e phase de la LGV Rhin-Rhône Branche Est.

Par B.L.


Les représentants des 28 États membres, réunis vendredi 10 juillet 2015, ont émis un avis favorable sur la proposition présentée par la Commission européenne le 29 juin.
Il s’agit d’un plan d’investissement dans les transports d'un montant record de 13,1 milliards d’euros. "Les 276 projets sélectionnés contribueront à la création d’emplois et stimuleront la croissance et la compétitivité en Europe", s’est réjouie Violeta Bulc, commissaire européenne pour les transports.

"Les appels à propositions 2014 au titre du MIE ont donné lieu à la présentation de plus de 700 projets pour un montant total de plus de 36 milliards d’euros de financement demandé. Étant donné que l'enveloppe financière disponible n'est que de 13,1 milliards d’euros, la Commission a donné la priorité à des projets présentant la plus grande valeur ajoutée européenne. Au cours de la procédure de sélection, ils ont été évalués au regard d’un certain nombre de critères d’attribution prédéfinis : pertinence, maturité, impact et qualité", précise la Commission européenne.

La branche Est de la LGV Rhin-Rhône a pour objectif de relier Dijon à Mulhouse. / © Réseau Ferré de France
La branche Est de la LGV Rhin-Rhône a pour objectif de relier Dijon à Mulhouse. / © Réseau Ferré de France

Quel est l'objectif visé par l'Europe?

Le mécanisme pour l’interconnexion en Europe (MIE) vise notamment à développer de nouvelles infrastructures. Concernant les transports, la priorité est donnée aux chaînons manquants. Un financement va donc être accordé au dossier intitulé "Etudes relatives au traitement du noeud de Mulhouse et à l'optimisation de la 2eme phase de la LGV Rhin-Rhône Branche Est".

Le noeud ferroviaire de Mulhouse accueille un trafic important : 217 trains régionaux, 38 trains à grande vitesse et 35 trains de marchandises, ainsi que 12 000 passagers par jour. L’objectif est de permettre à ce carrefour ferroviaire de pouvoir faire face à l’augmentation du trafic qui est attendu dans les prochaines années. L’Europe veut favoriser le transport de fret ferroviaire à l'échelle nationale et européenne et développer notamment le corridor de transport ferroviaire de marchandises Mer du nord-Méditerranée (qui est un des 9 corridors ferroviaires européens). Cela fait partie d’un projet global qui inclut la 2e phase de la LGV Rhin-Rhône Branche Est.

Le tracé de la LGV Rhin-Rhône Branche Est / © Réseau Ferré de France
Le tracé de la LGV Rhin-Rhône Branche Est / © Réseau Ferré de France

En quoi consiste le projet de LGV Rhin-Rhône Branche Est ?

La branche Est de la LGV Rhin-Rhône a pour objectif de relier Dijon à Mulhouse. Cela permettrait de connecter les régions concernées avec le réseau à grande vitesse européen et de réduire les temps de parcours des voyageurs.

Une première phase (longue de 140 km) a été mise en service le 11  décembre 2011. Elle relie Villers-les-Pots, en Côte d’Or, et Petit-Croix, dans le Territoire de Belfort. Il reste à réaliser la deuxième phase.


Quelle est la prochaine étape ?

Le dossier intitulé "Etudes relatives au traitement du noeud de Mulhouse et à l'optimisation de la 2e phase de la LGV Rhin-Rhône Branche Est" va donc bénéficier d’une subvention de l’Europe qui devrait s’élever à 50% du coût total estimé à 3 600 000 euros. Ces études serviront d’outil de décision, précise la Commission européenne.

La prochaine étape est fixée à la fin du mois de juillet 2015. La Commission adoptera officiellement les décisions de financement. Les conventions de subvention de projets individuels seront préparées par l’INEA (Agence exécutive pour l’innovation et les réseaux), puis signées avec les bénéficiaires du projet. Les fonds commenceront à être versés à partir du dernier trimestre 2015. L’INEA et la Commission contrôleront alors la bonne mise en œuvre des projets.

A lire aussi

Sur le même sujet

Portrait : Anthéa Lamine finaliste BFC du concours de chant

Les + Lus