La ministre Élisabeth Moreno à Dijon et Chenôve ce jeudi

La ministre déléguée en charge de l'égalité entre les femmes et les hommes Élisabeth Moreno est en Côte-d'Or ce jeudi 7 janvier. Elle doit se rendre à la préfecture de Côte-d'Or et à la mairie de Chenôve. Elle ira notamment à la rencontre du collectif des femmes de la MJC.

Élisabeth Moreno à la sortie du conseil des ministres, le 6 janvier 2021.
Élisabeth Moreno à la sortie du conseil des ministres, le 6 janvier 2021. © Aurélien Morissard / MAXPPP

Élisabeth Moreno, ministre déléguée chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, de la diversité et de l'égalité des chances, est attendue à Dijon à la mi-journée ce jeudi 7 janvier. Ce déplacement s'inscrit "dans le cadre de son engagement en faveur des femmes, de la lutte contre la précarité et de son investissement pour l’émancipation économique des femmes", précise un communiqué du ministère.

Après un déjeuner de travail consacré à la thématique des femmes en précarité et à l'entrepreneuriat, Mme Moreno doit participer à la préfecture à une table ronde autour de l'insertion économique des femmes. Ensuite, la ministre doit poursuivre son déplacement à la mairie de Chenôve, où une rencontre est programmée avec le collectif des femmes de la maison des jeunes et de la culture (MJC) de la ville.

Ce collectif a été créé il y a douze ans à l'initiative de Fatima Achab, médiatrice à la MJC. Il rassemble aujourd'hui un noyau dur d'une petite trentaine de femmes, entre 20 et 67 ans, venues d'horizons divers. "Le Maghreb, le Kosovo, l'Inde, Mayotte…, énumère la médiatrice. On a vraiment des profils très variés."

 

"Une belle reconnaissance pour elles"

L'initiative est née autour du festival des Nuits d'Orient. "La première année, elles étaient organisatrices. Dès la deuxième année, on est passé au stade de la programmation", rappelle Fatima Achab. "Souvent, on pense en tant que professionnels bien faire en faisant venir des spectacles ou en emmenant les gens quelque part. Mais pourquoi ce ne serait pas à elles de choisir les spectacles qu'elles veulent voir ?"

Cette expérience a ensuite mené les femmes à la création. "Elles ont d'abord créé des robes, avec une artiste plasticienne, des robes qui nous racontent". Puis, le collectif est monté sur scène, où les femmes ont joué une pièce de leur créationAli Baba et les quarantes princesses. "Elles ont joué devant plus de 2 000 personnes au théâtre des Feuillants [à Dijon] et au Cèdre de Chenôve", ajoute la médiatrice.

Au-delà du travail sur scène, le collectif des femmes leur a permis de gagner en confiance. "Sept d'entre elles qui n'avaient pas de travail ont osé pousser des portes et sont aujourd'hui des employées municipales à la ville de Chenôve. D'autres se sont transformées aussi", se félicite Fatima Achab.

 

La visite de la ministre est une belle reconnaissance pour elles. La reconnaissance est importante pour ces personnes longtemps empêchées, invisibles. C'est une manière aussi d'exister et d'être citoyen.

Fatima Achab, médiatrice

 

Le collectif n'a pas stoppé son travail de création. Les femmes travaillent sur une nouvelle pièce intitulée Confinements et dénouements, un travail qui s'inspire de La Peste, d'Albert Camus.

 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
politique femmes société