Pour lutter contre l'isolement, la Croix-Rouge prend la route : "tout doucement, on recrée un lien essentiel"

Depuis quelques mois, la Croix-Rouge met en place des dispositifs itinérants pour recréer du lien social dans les zones isolées. Illustration à Bretigny, près de Dijon en Côte-d'Or.

C'est une après-midi un peu morne et grisonnante d'hiver. Pas de quoi, pourtant, gâcher la bonne humeur de Bernadette et Huguette. Ces deux habitantes de Bretigny se sont réunies, ce mardi 21 décembre, à la mairie de ce village de 900 âmes, à quelques minutes au nord de Dijon (Côte-d'Or). "Ça apportent beaucoup de contact extérieur, de contact humain", sourient-elles, avant de reprendre leur jeu de société.

Plus près de ceux dans le besoin

Un moment de convivialité rendu possible par les bénévoles de la Croix-Rouge, qui interviennent régulièrement auprès des populations isolées pour recréer du lien social. "Ce projet 'Aller vers', c'est quelque chose que toute la Croix-Rouge a mis en place pour aller vers les personnes qui ont ce type de problèmes", explique Christophe Talmet, président de l'association en Côte-d'Or. "Le but, c'est d'aller vers le public en situation difficile, au plus près des lieux d'habitation pour apporter nos compétences à ceux qui en on besoin. Tout doucement, on recrée un lien essentiel."

"On va dans les mairies, on apporte des crêpes, des jeux... Il y a des personnes qui ne se connaissent pas dans les villages et qui, grâce à nos activités, se rencontrent et font connaissance", détaille Véronique Queyrel, co-responsable du projet "Aller vers" à la Croix-Rouge 21. "C'est vraiment nous qui nous déplaçons. Ça n'a rien à voir avec nos autres activités comme les maraudes, car on n'apporte pas la même chose. Là, c'est vraiment la convivialité qui est mise en avant."

Plus de besoins humains pour une activité en hausse

Sur ses quatre implantations dans le département (Dijon, Beaune, Montbard/Semur-en-Auxois et Chatillon-sur-Seine), l'association compte plus de 700 bénévoles. Des ressources humaines de moins en moins suffisantes, face une activité qui, elle, ne cesse d'augmenter. "L'activité a augmenté, on a besoin d'être soutenus", affirme Christophe Talmet. "C'est très important car nos équipes s'essoufflent un peu."

Ce projet d'aller voir des gens demande des équipes, de la participation, de l'engagement. On fait un appel aux bénévoles, à ceux qui ont envie de donner un coup de main, ne serait-ce qu'un jour.

Christophe Talmet,

président de la Croix-Rouge de Côte-d'Or

Reste que la solidarité s'organise un peu partout dans la grande région Bourgogne-Franche-Comté, particulièrement à l'approche des fêtes de fin d'année. C'est le cas notamment dans le Jura et le Doubs, où plusieurs associations ont décidé d'organiser un "Noël solidaire" pour lutter contre la solitude.