• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

A Quetigny, l'escrime fait mouche auprès des enfants souffrant d'un handicap

Nicolas Regnard, professeur d'escrime entraîne tous les mardis un groupe d'enfants souffrant d'un handicap dans un cours adapté / © France 3 Bourgogne
Nicolas Regnard, professeur d'escrime entraîne tous les mardis un groupe d'enfants souffrant d'un handicap dans un cours adapté / © France 3 Bourgogne

Des coups de sabre contre la maladie. Depuis septembre 2018, le club d'escrime de Quetigny propose des séances spécifiques à destination des enfants présentant des difficultés de coordination motrices ou souffrant d'autisme. Du sport pour se détendre et s'intégrer
 

Par Christina Chiron

Le mardi, c'est sans doute le jour le plus attendu de la semaine pour Ewan. 

A 11 ans, le jeune garçon est atteint d'une maladie génétique qui a engendré des problème moteurs et des difficultés pour faire du sport.

Pourtant, il pratique l'escrime.

Je me trouve tout le temps des copains et j'aime bien les activités qu'ils me font faire

Depuis septembre dernier, il marche dans les pas de son père, ancien escrimeur, et se rend à la salle d'arme de Quetigny
Une heure de leçon, en compagnie de quatre autres enfants.

 

Ewan et ses camarades s'entraînent tous les mardis au club d'escrime de Quetigny / © France 3 Bourgogne - mars 2019
Ewan et ses camarades s'entraînent tous les mardis au club d'escrime de Quetigny / © France 3 Bourgogne - mars 2019



Mais avant de se lancer en piste, il faut s'echauffer et travailler la motricté.

Au début de l'année, Evan tombait lors de ses exercices. Les progrès sont arrivés : de quoi améliorer sa vie quotidienne, comme l'a constaté son père.

Il est gaucher et a du mal à écrire. Le fait de pouvoir se servir de sa main comme il faut, comme un autre, et de se servir d'un sabre ou d'une épée, c'est super important


Nicolas Regnard, le maître d'arme, mène le cours. 
Attentif, il corrige les mauvaises touches. Parade, riposte, fente : tout y passe, comme dans un entraînement traditionnel.
 

On travaille toute la partie activité physique, la motricité au niveau du bras et des jambes puisqu'il y a des déplacements en escrime qui sont assez complexes. 


L'intégration par l'escrime

Autonomie, confiance en soi, sociabilisation : le projet lancé il y a un an est déjà un succès.

L'objectif de Nicolas Regnard va plus loin : inclure progressivement ses jeunes élèves dans un groupe classique d'enfants de leur âge.

Mathias, 11 ans, a gagné ce pari. L'an passé, il fréquentait le petit groupe.

Aujourd'hui, le voilà totalement intégré, lui qui a pourtant des difficultés sociales.  

C'est la première fois que je continue un sport plus d'une année. J'ai quelques problèmes quand il s'agit de me calmer et l'escrime ça m'aide à me calmer


Le jeune garçon a même fait ses débuts en compétition il y a quelques semaines. A Ewan et ses copains de prendre la relève. 

Le reportage de Christophe Tarisse, Valentin Le Roux, Parnalland Gilles et Simon Schneider
Intervenants : Ewan Normand et son papa Stéphane, Maître Nicolas Regnard, Professeur d'escrime et Mathias Coulon
 

Sur le même sujet

Une action pour lutter contre le gaspillage alimentaire

Les + Lus

Les + Partagés