• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Quetigny : un verger bio s'installe sur la commune

Le pommier planté sur la parcelle à Quétigny qui servira de base pour le verger bio / © FTV François Latour
Le pommier planté sur la parcelle à Quétigny qui servira de base pour le verger bio / © FTV François Latour

Ce lundi 25 mars, la commune de Quetigny va inaugurer l'installation d'un verger bio. C'est le prolongement d'une politique de la ville lancée depuis les années 60, suivant le slogan "un arbre, un logement, un emploi".

Par F.L.

Une ville nouvelle, à croissance raisonnée
La ville de Quetigny suit une croissance mesurée. En effet, le petit village de 300 habitants dans les années 60 a vu sa population croître rapidement pour avoisiner les 10 000 habitants actuellement.
Mais la ville souhaite protéger et conserver ses terres agricoles.

Ville nourricière
La ville s’est dotée d’un programme de développement durable « Agenda21 local », respectueux de l'équilibre environnemental, social, économique et culturel.
Quetigny répond à l'appel à projet pour un territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV), afin de devenir un territoire d’excellence de la transition énergétique et écologique.
La collectivité s’engage à réduire les besoins en énergie de ses habitants, des constructions, des activités économiques, des transports, des loisirs.
Elle propose un programme global pour un nouveau modèle de développement, plus sobre et plus économe.
Dans le cadre du projet "ville nourricière", Quetigny a différentes actions : 
  • des jardins partagés en pied d'immeuble (au Grand Chaignet : 700 m2)
  • un "p'tit marché bio mensuel" (https://www.facebook.com/media/set/?set=a.2069803356432870)
  • un grand marché bio annuel, le 3ème samedi de septembre (100 exposants, 7000 visiteurs)
  • des animations d'éducation à l'environnement (100 actions par an) et l'accueil d'une volontaire écologique allemande.
  • des potagers éphémères dans la ville (dont un "libre-service" devant la mairie)
  • 20% de produits bio dans les repas des cantines
  • 3 maraîchers bio sont installés sur la commune (vente directe)
  • des serres communales pour la production de plants pour les jardins partagés, accueil des cours du CFPPA (centre de formation professionnel pour adultes) 
Un verger va être installé sur une surface de 4000 mètres carrés, un jardin-forêt avec des végétaux miellifères, car un rucher communal sera installé. Ce verger sera géré par la Promut en créant ainsi 6 emplois, et en relocalisant 40 emplois. 

Les différentes phases du projet du verger
Phase 1
1er semestre 2019
  • travaux préparatoires + géomètre
  • plantation du 1er pommier "reine des reinettes"
  • installation de la clôture sur le périmètre de 4ha
  • installation des tunnels
  • plantation des premiers fruitiers et petits fruits

Phase 2
Dernier trimestre 2019 : démarrage travaux
  • silo + platefore de compostage
  • bassins de rétention
  • hangar agricole et espace bureaux / locaux sociaux : 840m2
  • parking
  • lancement travaux : fin 2019 - livraison : 1er semestre 2020

Phase 3
2021-2022
  • Local de vente sur place

Le reportage de François Latour à Quetigny
Intervenant :
  • Arnaud Aubert, concepteur du projet à PROMUT Dijon
Quetigny : un verger bio va être créé en bordure de la ville

Qu'est-ce qu' un projet pour un territoire à énergie positive pour la croissance verte (TEPCV) ?

Les conventions financières TEPCV financent des actions concrètes dans les 6 domaines de la Transition Ecologique et Energétique :

  • la réduction de la consommation d’énergie : par notamment des travaux d’isolation des bâtiments publics, l’extinction de l’éclairage public après une certaine heure…
  • la diminution des pollutions et le développement des transports propres : par l’achat de voitures électriques, le développement des transports collectifs et du covoiturage…
  • le développement des énergies renouvelables  : avec par exemple la pose de panneaux photovoltaïques sur les équipements publics, la création de réseaux de chaleur…
  • la préservation de la biodiversité : par la suppression des pesticides pour l’entretien des jardins publics, le développement de l’agriculture et de la nature en ville…
  • la lutte contre le gaspillage et la réduction des déchets : avec la suppression définitive des sacs plastique, des actions pour un meilleur recyclage et diffusion des circuits courts pour l’alimentation des cantines scolaires…
  • l’éducation à l’environnement : en favorisant la sensibilisation dans les écoles, l’information des habitants et soutiennent des actions qui ne disposent pas déjà d’un mécanisme de financement Etat (ADEME, tarifs de rachat énergies renouvelables…).

Sur le même sujet

Longvic : un barrage s’est effondré, le bief qui traverse la commune asséché

Les + Lus

Les + Partagés