Ramadan 2021: "Certaines prières ne seront pas assurées " dans les mosquées en Bourgogne

 Crise sanitaire oblige, le Ramadan 2021 est également impacté comme en 2020. En raison de l'épidémie, certaines prières sont annulées et les musulmans doivent rompre le jeûne du Ramadan uniquement à la maison.

Cette année, le ramadan débute le mardi 13 avril 2021.
Cette année, le ramadan débute le mardi 13 avril 2021. © Image par Fauzan My de Pixabay

Le Ramadan de l’année 2021 n’échappera pas à la crise sanitaire. La JMFB (Jeunesse Musulmane de France en Bourgogne), une des principales instances islamique de notre région, a confirmé ce dimanche que ce mois sacré des musulmans débute le mardi 13 avril 2021. C’est grâce à un calcul scientifique basé sur le positionnement de la lune ces dernières 24 heures qu’est déterminé le début du Ramadan. Comment les musulmans bourguignons pourront-ils célébrer le quatrième pilier de l’Islam ? Nous avons posé ces questions à Mohamed Ateb, Président de la JMFB.

Comment va se dérouler le ramadan cette année avec la crise sanitaire ?

Nous sommes soucieux de cette lutte contre le coronavirus. Nous participons fortement pour nous protéger et protéger les autres. Nous avons réduits nos offices religieux et nos prières au strict minimum c’est-à-dire la prière du vendredi et éventuellement deux prières dans la journée puisque c’est en dehors du couvre-feu. Pour les prières du Tarawih [prières quotidiennes accomplies le soir, ndlr] auxquelles les musulmans sont très attachés et ça fait la spécificité du ramadan, elles ne seront pas assurées dans les mosquées.

Quelles mesures sont adoptées par les mosquées pour respecter les règles de distanciation sociale ?

Concernant notre association le Centre culturel musulman de Quetigny, nous respectons les mesures sanitaires. Nous prions en plein air dans le jardin (prière du vendredi) sous des tentes.

Comment les musulmans vivent-ils cette période particulière ?

Dn point de vue spirituel, c’est très difficile de ne pas pouvoir accomplir son culte à l’aise mais aussi, comme dit l’Islam, de prendre soin de la santé des autres. C'est une priorité pour nous car on veut que le virus disparaisse. Enfin, on pourra pratiquer normalement notre religion. C’est difficile pour nous de ne pas pouvoir assurer nos prières quotidiennes mais nous vivons dans l’espoir que cela s'améliore bientôt.

Quels conseils donnez-vous aux musulmans pour célébrer le Ramadan ?

Il ne faut pas baisser la garde contre la lutte. Il faut que les musulmans de Bourgogne se disent que penser à la santé des autres est comme un acte religieux. Nous recommandons de ne rompre le jeûne qu’en famille, c'est-à-dire uniquement les personnes qui vivent dans le logement. Ça fera du bien à tout le monde et ça fera une ambiance de Ramadan. Pour les enfants, c'est bien pour l'éducation. Le Centre culturel musulman de Quetigny assurera chaque soir des visioconférences pour maintenir la foi pendant ce mois de Ramadan. On fait des petits rappels pour entretenir la foi, rappeler les récompenses. En attendant que les choses s'améliorent. 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société religion