Top Gun, "un super éclairage pour l'Armée de l'air" se félicite le chef du recrutement à Dijon

Publié le
Écrit par Agatha Njanji

L'armée de l'air recrute 4 000 personnes par an. Et si la sortie au cinéma de Top Gun lui faisait gagner des points ? S'il est encore trop tôt pour en mesurer les retombées, le film reste un bon ambassadeur des aviateurs.

Est-ce que le film Top Gun est un bon moyen de promotion pour l’Armée de l’air ? Pour le Lieutenant Sam, chef du CIRFA Air (Centre d'Information et de Recrutement des Forces Armées) de Dijon, c’est "un super éclairage pour l'Armée de l’air et de l’espace, même si ce sont des avions américains".

Je regarde ce film avec mes yeux d’enfant, l’avion de Top Gun c’est la seule maquette que j’ai. Elle est encore dans ma chambre !

Lieutenant Sam, chef du CIRFA Dijon

Le Lieutenant Sam nuance : "Top Gun c’est un spectacle, dans la réalité, les têtes brûlées comme Maverick ne sont pas considérés comme de bons pilotes". En revanche, il avoue ressentir une certaine "fierté de voir cet éclairage sur le travail des aviateurs".

À l’avant-première du film au cinéma Pathé-Gaumont de la Cité de la Gastronomie, les spécialistes de l’air "ont fait le show". Ils ont préparé quelques animations dont une distribution de t-shirts avec des surprises comme des baptêmes de l’air. 

Les escadrilles air jeunesse (EAJ) étaient présentes pour aider les autres aviateurs. Le dispositif EAJ, permet aux jeunes passionnés, entre 12 et 25 ans d’avoir une première expérience dans l'aéronautique.

"Le vol c’est la réalisation de tout le travail des spécialités"

Il y a environ une trentaine de bases aériennes dans toute la France. En Bourgogne Franche-Comté et alentours, il y a deux bases aériennes en activité : la BA 116 de Luxeuil en Haute-Saône et la BA 113 de Saint-Dizier en Haute-Marne.

Beaucoup de Bourguignons s'en souviennent : c'est en 2016 que la BA 102 Dijon-Longvic a fermé. Une base aérienne assez importante dans l’histoire de l’Armée de l’air. Le capitaine Guynemer, figure de l’Armée de l’air, y avait reçu le premier drapeau de l’aviation. Il reste une unité de cinquante aviateurs à Dijon au bureau des archives et des réserves de l’Armée de l’air et de l’espace. 

Pour un avion en vol, il y a entre 30 et 40 spécialistes qui ont travaillé avant, pendant et après le vol. "Le vol c’est la réalisation de tout le travail des spécialités" explique le Lieutenant Sam.

150 pilotes recrutés par an

Sur 4000 recrutements par an à l’Armée de l’Air et de l’Espace, les pilotes en représentent 150. 

Pour analyser l’impact de Top Gun sur les recrutements de l’Armée de l’Air et de l'Espace, c'est un peu tôt. Il est vrai que depuis quelques années, l’armée a investi dans de nouveaux spots publicitaires. Elle est aussi beaucoup plus présente sur les réseaux sociaux. "Comme tout employeur, on doit s’adapter à la nouvelle génération" révèle le Lieutenant Sam.