Vague de froid : entre adaptation et précaution, les agriculteurs bourguignons s'organisent

La vague de froid qui traverse le pays n'a pas épargné la Bourgogne. Les agriculteurs sont même les premiers à en faire les frais. Alors comment s'organisent ceux qui travaillent au grand air quand la météo est si frileuse ? 

Ces derniers jours, les températures ont considérablement baissées en Bourgogne.
Ces derniers jours, les températures ont considérablement baissées en Bourgogne. © Mayeul Aldebert/ France Télévisions

Ce matin là à Grenant-lès-Sombernon (Côte-d'Or), il fait trois degrés et un épais brouillard s'est emparé des champs de Sylvain Lecour. Depuis plusieurs jours, cet agriculteur et ses soixante-dix vaches élevées en plein air, subissent la vague de froid qui frappe la région. Mais pas question pour autant d'abandonner ses bêtes. 

" Une vache qui a froid mange beaucoup plus "

" L'hiver il faut les nourrir beaucoup plus, surtout quand il fait froid comme ça, explique l'agriculteur. Une vache qui a froid mange beaucoup plus parce qu'elle a besoin de calories et d'énergie " 

En moyenne, les portions sont trois fois supérieures à ce que les vaches mangent habituellement. Mais les bovins nécessitent également des besoins en eau. Chacun boit soixante litres d'eau par jour. Alors quand les abreuvoirs gèlent, Sylvain doit s'employer : " tous les matins, on vient casser la glace pour qu'elles aient toujours de l'eau disponible au moins une fois par jour " .

 

Chaque matin, Sylvain contrôle les abreuvoirs et retire la glace pour que ses bêtes puissent boire.
Chaque matin, Sylvain contrôle les abreuvoirs et retire la glace pour que ses bêtes puissent boire. © Mayeul Aldebert / France Télévisions

 

Du temps pour les tâches administratives

Quelques kilomètres plus loin, à Remilly-en-Montagne, l'exploitation de quarante cochons et dix chevaux de Sébastien Garrot est déserte. L'agriculteur profite du froid pour avancer sur ses tâches administratives au chaud, chez lui. 

Cela représente en moyenne deux à trois jours de travail tous les mois, alors l'agriculteur met à profit le mauvais temps poure rester à l'intérieur.

Il raconte : " je dois faire des demandes de subventions, de la comptabilité et énormément d'autres choses à faire en ce début d'année. Je le fais maintenant parce que je ne peux pas aller dans les prés ni dans les champs. Ce sont des journées que l'on se garde de côté quand il fait mauvais ".

 

Chaque mois, les tâches administratives représentent deux à trois jours de travail pour Sébastien Garrot.
Chaque mois, les tâches administratives représentent deux à trois jours de travail pour Sébastien Garrot. © Mayeul Aldebert / France Télévisions

 

Les conditions météorologiques ne devraient pas s'améliorer dans les prochains jours puisque de la neige et des températures négatives sont attendues en fin de semaine.

 

Le reportage de Valentin Chatelier et Mayeul Aldebert :

durée de la vidéo: 02 min 02
Face au grand froid, les agriculteurs bourguignons s'organisent

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
agriculture économie société météo