Une mère et sa fille de 2 ans décèdent dans l'incendie de leur maison à Voudenay, en Côte-d'Or

Publié le Mis à jour le
Écrit par François Latour .

Dans la nuit de jeudi à vendredi 2 décembre à Voudenay (Côte-d'Or), un incendie s'est déclaré dans une maison, faisant deux victimes, une mère et sa fille de 2 ans. Une troisième personne, le père, est blessée.

Le feu s'est déclenché dans la nuit de jeudi à vendredi aux alentours d'une heure du matin, à Voudenay, un village proche d'Arnay-le-Duc en Côte d'Or. Il s'est propagé rapidement dans la maison, en atteignant l'étage. La toiture s'est effondrée. 

Selon un voisin témoin de l'incendie, la maison "s'est embrasée d'un coup".

Les pompiers ont trouvé deux corps dans les décombres : une femme de 24 ans et sa fillette de deux ans. Le père est gravement brûlé, il présente des brûlures aux bras et au visage. C'est lui qui a donné l'alerte à 0h44, selon les pompiers. Il a tenté de secourir sa famille, assisté d'un voisin, mais en vain.

Les premiers secours arrivés sur place ont été les pompiers d'Arnay-le-Duc, Liernay, Pouilly-en-Auxois et Saulieu. Une quinzaine d'hommes au départ ont combattu les flammes, le premier étage était déjà embrasé. Des renforts sont arrivés par la suite, une quarantaine d'hommes pour éteindre l'incendie.

Le père a été pris en charge par les équipes du SAMU de Côte-d'Or et transporté au Centre Hospitalier de Beaune.



Les causes de l'incendie restent inconnues mais "la piste accidentelle est privilégiée", selon la gendarmerie, restée sur les lieux pour chercher les causes du sinistre.

Les techniciens en identification criminelle du groupement de gendarmerie de Côte-d'Or effectuent les constatations. La compagnie de Gendarmerie de Beaune est en charge de l'enquête.

Une cellule psychologique a été mise en place pour les sapeurs-pompiers.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité