Côte-d’Or : pourquoi d’importants travaux sont-ils menés sur le barrage de Chazilly ?

De gros travaux de réhabilitation sont en cours sur le barrage plus que centenaire de Chazilly, en Côte-d'Or. Ce réservoir qui alimente le canal de Bourgogne joue un rôle capital, notamment lors des périodes de sécheresse qui ont tendance à se multiplier.
 
Le réservoir de Chazilly fait l’objet d’importants travaux de réhabilitation : il fait partie des barrages qui alimentent en eau le canal de Bourgogne.
Le réservoir de Chazilly fait l’objet d’importants travaux de réhabilitation : il fait partie des barrages qui alimentent en eau le canal de Bourgogne. © Philippe Hiest / Agence AH


Le barrage de Chazilly est situé à cheval sur les communes de Sainte-Sabine et de Chazilly.

Il fait partie des six barrages qui alimentent le canal de Bourgogne au niveau du bief de partage situé à Pouilly-en-Auxois.

 
Le canal de Bourgogne est alimenté en eau par 6 barrages-réservoirs : Pont-et-Massène, Cercey, Grosbois, Chazilly, Panthier, le Tillot
Le canal de Bourgogne est alimenté en eau par 6 barrages-réservoirs : Pont-et-Massène, Cercey, Grosbois, Chazilly, Panthier, le Tillot © VNF


Le barrage de Chazilly, comme les autres ouvrages, a pour but de stocker de l’eau qui ira se déverser dans le Canal de Bourgogne. Ces réservoirs sont indispensables pour assurer la navigation le long des 244 km parsemés de 189 écluses.

Leur rôle pour réguler l’alimentation du canal est de plus en plus crucial. En effet, avec les sécheresses qui se multiplient, "des difficultés inhabituelles quant à la gestion de l’eau" sont apparues depuis 2016.

Et en 2019, la moitié du réseau navigable a été fermée dès l’été car le niveau des eaux du canal était trop bas.

 
Le barrage réservoir de Chazilly, en Côte-d'Or, alimente le canal de Bourgogne.
Le barrage réservoir de Chazilly, en Côte-d'Or, alimente le canal de Bourgogne. © VNF / Damien-Lachas


Compte tenu du changement climatique, il était devenu important de moderniser le barrage réservoir de Chazilly.

D’autant que l’ouvrage, mis en eau en 1837, montrait de nombreux signes de vieillesse : fissurations, suintements, etc.

D’importants travaux de génie-civil ont donc été lancés pour le moderniser. Ce grand chantier de réhabilitation et d'imperméabilisation va coûter 12 millions d’euros.
Cela permettra d'augmenter la capacité de stockage du réservoir et d'assurer "une sécurité optimale de l'ouvrage".

Le barrage,  haut de 22,50 mètres, possède une digue longue de 536 mètres.


 
Le barrage de Chazilly a été mis en eau en 1837. D'importants travaux sont en cours pour garantir sa sûreté en cas de risque de crues.
Le barrage de Chazilly a été mis en eau en 1837. D'importants travaux sont en cours pour garantir sa sûreté en cas de risque de crues. © Philippe Hiest / Agence AH


Les opérations ont débuté en octobre 2019.

La vidange du réservoir a eu lieu en février 2020
: 7 tonnes de poissons (brochets, sandres, perches, carpes...) ont été récupérés et déplacés dans le réservoir de Panthier et le canal de Bourgogne.

Le chantier a dû s’arrêter le 17 mars en raison du confinement imposé pour enrayer l’épidémie de Covid-19.

Les travaux ont repris le 27 avril et le percement de l’évacuateur d’eau, étape phare du chantier, est prévu début juillet.

En principe, tout devrait être terminé en 2021 pour une remise en eau au début de l’année 2022.

L'accès au barrage est interdit au public pendant toute la durée du chantier, rappelle VNF (Voies Navigables de France) qui est chargé de la gestion de l’ouvrage.


 
Voies navigables de France en Bourgogne

Dans la zone Centre Bourgogne, Voies navigables de France assure la gestion du canal de Bourgogne, du canal du Nivernais, de la rivière Yonne, de la Seille navigable, du canal du Centre, du canal de Roanne à Digoin, du canal latéral à la Loire, du canal de Briare et du canal du Loing, soit plus de 1 000 km de voies au total.

Au niveau national, le réseau navigable en France est constitué de 8 500 km de voies d’eau traversant tout le pays.

Voies navigables de France agit sur deux réseaux complémentaires et connectés : un réseau fret (dit à grand gabarit) et un réseau touristique (dit à petit gabarit).
 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
environnement travaux publics économie