Coupe de France de football menacée : " il faut tout faire pour la sauver " clament les clubs bourguignons

Le coronavirus et le confinement auront-ils raison de la coupe de France ? Depuis plusieurs jours, les doutes quant à la tenue de la compétition s'accumulent. Face à ces rumeurs, en Bourgogne-Franche-Comté, les clubs comme les institutions demandent son maintien.
De nombreux clubs bourguignons sont encore en course à l'heure du sixième tour
De nombreux clubs bourguignons sont encore en course à l'heure du sixième tour
Elle avait d'abord été annoncée " presque cuite "  par le président de la Fédération Française de Football, Noël Le Graet. Puis elle fut jugée " morte " par le Premier ministre Jean Castex, avant d'être finalement ressuscitée par la Ministre déléguée aux sports, Roxana Maracineanu. Selon elle, " la coupe de France n'est pas morte ". Depuis, la question brûle les lèvres des amateurs de football : la Coupe de France 2020-2021 ira-t-elle à son terme ? 


Une compétition arrêtée au sixième tour

Dans les faits, le confinement entré en vigueur au mois d'octobre dernier a engendré la suspension des matchs de football amateur. Aucun match n'a pu avoir lieu depuis et les clubs qualifiés au sixième tour de la coupe de France ont dû prendre leur mal en patience. 

Dans le protocole prévu par le gouvernement, la reprise des sports collectifs est fixée autour du mercredi 20 janvier 2021. Problème : les retards de matchs non-joués s'accumulent et laissent planer un gros doûte quant à la tenue de la suite de la compétition.

Dans l'état actuel des choses la seule solution évoquée par Noël Le Graet serait de " jouer jusqu'à fin juillet". Une solution également dure à envisager car les clubs professionnels seraient empêchés par l'euro de foot 2021 au même moment.

 

Il faut tout faire pour sauver la coupe de France et la Fédération fera tout son possible

Daniel Fonteniaud




 

Des solutions existent pour terminer la compétition

Dès lors des solutions sont évoquées pour avancer les rencontres et parvenir à boucler le calendrier. Le président de la Ligue de football de Bourgogne-Franche-Comté, Daniel Fonteniaud, expose : " Dans notre ligue, il existe une trêve hivernale qui s’étend de début à janvier à février. L’idéal serait donc d’enchaîner les trois tours consécutivement en janvier. C'est pour cela que nous souhaitons que cette date puisse être avancée afin que nous puissions jouer les matchs en retard ".

" Une semaine avant l'annonce du confinement on élimine Gueugnon, une grosse équipe de notre niveau au terme d'un super match. Ensuite on devait affronter Mâcon au sixième tour " rejoue Chakib Aouidat, le président du club d'Is-Selongey (Nationale 3). Il poursuit : " En plus ça arrive au pire des moments, on commençait à enchainer les bonnes performances ".

 

La compétition préférée des amateurs de football

Pour Chakib Aouidat, difficile de se résoudre à imaginer une saison sans coupe de France. " C’est la compétition suprême, s'entousiasme-t-il, En un match ou deux on peut jouer Neymar à Gaston-Gérard. La coupe de France c’est la plus belle des compétitions. Quand on est enfants on veut jouer la coupe du Monde, mais quand on devient adulte c’est la coupe de France. "

Au moment d'évoquer cette compétition historique, le Président de la ligue de football de Bourgogne-Franche-Comté montre le même attachement. " C’est la plus belle des compétitions. Dans notre ligue il y a des clubs encore en lice qui ne sont jamais allé au sixième tour, c'est fabuleux pour eux "

Chabik Aouidat abonde : " Pour notre club c’est encore plus particulier, on n’a jamais connu d’épopée depuis que nos deux clubs ont fusionné il y a deux ans. Is-sur-Tille en a connu de son côté, Selongey du sien, mais jamais depuis la fusion. Et toutes les grandes histoires se créent autour de la coupe de France "

La coupe, un enjeu financier

En plus de l’aspect sportif, la coupe de France revêt aussi un enjeu financier pour les clubs de football amateur. À partir du sixième tour de la compétition, chaque victoire s’accompagne d’une récompense financière.

En cas de succès face à l’UF Mâcon, le club recevrait une enveloppe de 7 500 euros. Puis 22 500 euros au tour suivant, 52 000 euros pour une qualification en trente-deuxième-de-finale. Des sommes non-négligeables pour un club de ce niveau, surtout " pour une année Covid ". 

 
Les clubs bourguignons encore en lice
  • Union du Football Maconnais
  • Is-Selongey Football
  • ASA Vauzelles
  • Union Cosnoise Sportive 
  • Association Sportive Saint-Apollinaire Football 
  • Louhans-Cuiseaux Football Club
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sport football sorties et loisirs coupe de france