Covid-19 : Dans le Doubs, près de 1300 premières injections sont reportées de février à mars

Publié le

Ce vendredi 29 janvier, le Préfet du Doubs et l'Agence Régionale de Santé ont fait le point sur la campagne de vaccination. 16.578 personnes sont déjà vaccinées. Elles recevront bien leur 2e injection, d’autres habitants eux vont devoir patienter et ont vu leurs rendez-vous décalés. 

Joël Mathurin, préfet du Doubs, et Nezha Leftah-Marie, représentante de l’Agence Régionale de Santé, ont voulu se montrer rassurants. La campagne de vaccination se déroule mieux... mieux qu’annoncée selon eux. Oui, il y a moins de vaccins Pfizer que prévus mais, maintenant, tout est organisé assurent-ils : chaque centre de vaccination connait le nombre exact de doses dont il devra se passer dans les prochains jours.

Les résidents des Ehpad ne sont pas concernés par cette pénurie de vaccins. Ni les personnes qui doivent recevoir leur deuxième injection, elles la recevront comme prévu.

Dans le Doubs, 16 578 personnes ont été vaccinées en janvier, elles recevront leur deuxième vaccin en février, aux dates prévues.

C’est la première injection qui pose problème pour le mois de février. Si des vaccins Moderna ont été reçus dans notre région, l’ARS annonce moins 20 % de vaccins Pfizer en livraison. 

Pour la première semaine de février, 405 rendez-vous seront reportés en mars. Pour la deuxième semaine, ce sont 892 rendez-vous qu'il faut décaler. Chaque centre connait exactement le nombre de rendez-vous à reporter. Ce report se fera automatiquement, les futurs vaccinés n’ont pas besoin de téléphoner ou de reprendre rendez-vous sur Doctolib. Ils seront avertis.

Des maires ont montré leur mécontentement, comme à Maîche ou Pontarlier, avec quelques fois beaucoup de véhémence.

Joël Mathurin dit qu'il ne s'explique pas ces colères. Mais ilreconnait que, peut-être, un problème de communication est en cause : il a fallu du temps à l’ARS et à la préfecture pour organiser le manque « de manière équitable » entre les 14 centres du département. Différents documents de travail ont été élaborés (et ont « fuité ?) avec des hypothèses hautes ou basses en fonction de l’ampleur de la pénurie de vaccins. D’où ces 48 heures de « no comment » qui ont laissé les maires avec leurs inquiétudes, et avec de la place dans les medias. 

Rendez-vous le 15 février pour un nouveau point sur la situation

Impossible pour le moment de dire quand le système de prise de rendez-vous sera à nouveau opérationnel. Faute de places disponibles, à cause du manque de vaccins, le système a été bloqué.

Joël Mathurin a voulu faire toute la transparence en donnant des chiffres à l’unité près et tordre le cou à des rumeurs : selon lui, il n’y a pas de stock caché de vaccins, aucune dose de vaccin n’a été perdue dans le Doubs, et il se dit agréablement surpris par l’engouement rencontré par la campagne de vaccination.

D'ici au 15 février, en plus de toutes les deuxièmes injections qui auront lieu comme prévu, 5.895 personnes supplémentaires recevront leur première injection.