Covid-19: «On est les plus proches des patients !», les infirmiers libéraux veulent aussi vacciner

Médecins, pharmaciens, sages-femmes sont appelés à vacciner contre la Covid-19 mais pas les infirmiers. Les infirmiers libéraux de Besançon se mobilisent pour participer à la campagne. Ils se plaignent d'être "oubliés", eux qui luttent en première ligne depuis plus d'un an.

La Fédération Nationale des Infirmiers a déjà écrit à Olivier Véran, le ministre de la Santé, pour pouvoir vacciner, eux aussi. Sylvie Badiqué, présidente départementale pour le Doubs de la Fédération Nationale des Infirmiers, le disait haut et fort vendredi 19 mars : « Pour le moment, il n’y a pas assez de doses de vaccin, il ne faut donc pas se précipiter… Mais les infirmiers peuvent vacciner : qu’on commence par les professionnels de santé qui ont l’habitude, qui ont la capacité et la formation de faire la vaccination »

La demande de la fédération nationale de participer à la campagne a été relayée auprès du ministre par Marie-Guite Dufay, la présidente PS de la région Bourgogne – Franche-Comté. Cette dernière a écrit le 18 mars à Olivier Véran, le ministre de la Santé.  “A l’heure où la pandémie ne cesse de progresser, à l’heure où la campagne de vaccination doit plus que jamais s’intensifier, il est urgent que toute la communauté des professionnels de santé soit mobilisée, sans exception. C’est une question de santé publique et de marque de confiance envers le rôle et le professionnalisme des infirmiers et infirmières” écrit Marie-Guite Dufay. 

Dans notre région, on compte 4670 infirmiers libéraux.

Les infirmiers libéraux de Besançon veulent participer à la campagne

Ceux du Grand Besançon, eux aussi, veulent être autorisés à vacciner. Dans une lettre ouverte publiée le lundi 22 mars, ils envoient le même message : pouvoir vacciner… Un constat pour eux également : c’est peut-être le manque de vaccins qui entraîne leur « oubli » pour le moment.

Membre du comité bisontin des professionnels de santé, Olivier Jorand insiste : « On monte au créneau car on assiste à la mise à l’écart de notre maillon, les infirmiers libéraux. Depuis 2008, nous faisons les vaccins contre la grippe saisonnière. Nous sommes l’interface entre patients et autorités de santé. On travaille ensemble, médecins, pharmaciens et nous… Notre frustration est saine. Nous avons les infrastructures dans nos cabinets, avec des espaces prévus pour... au contraire des pharmacies. De plus, nous savons répondre à un choc anaphylactique, gérer les effets indésirables… ».

Il martèle : « Nous, nous allons au domicile des patients. Il n’y a pas plus proches que nous ! Nous pouvons vacciner, notamment les gens qui se déplacent difficilement. J’ai une patiente qui habite au 4ème étage, sans ascenseur, qui ne sort plus de chez elle. Qui va la vacciner, si ce n’est nous, les infirmiers libéraux ? »

A priori, les infirmiers libéraux souhaitent tous participer à la campagne de vaccination, histoire de lutter encore plus efficacement contre le virus, eux qui sont déjà en première ligne depuis plus d’une année.

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société vaccins - covid-19