Covid-19 : se faire dépister en toussant dans son smartphone, bientôt possible grâce à des chercheurs suisses

A Lausanne (Suisse), des chercheurs planchent sur une application permettant de détecter une contamination au Covid-19. Pour cela, il suffira de tousser dans son smartphone.
L'application s'appelle "Coughvid".
L'application s'appelle "Coughvid". © A.-C. Roth / France Télévisions
Tousser dans son smartphone pour savoir si on a le Covid-19, cela peut paraître étonnant, mais le sujet fait l’objet de recherches très sérieuses. Des chercheurs de l’École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) travaillent actuellement sur une application du nom de "Coughvid", qui pourrait devenir un nouvel outil de dépistage du Covid-19. 

À l’oreille, impossible de détecter une différence entre la toux d’une personne négative et celle d’une personne positive au Covid-19. Mais cet algorithme en cours de développement, lui, le pourra, car il sait détecter des fréquences spécifiques au Covid-19. Les sujets testés pourront simplement télécharger une application mobile, saisir leurs symptômes et enregistrer un clip audio de leur toux.

"Dans les cas de Covid-19, ce que l’on peut voir, c’est qu’il y a une décomposition des fréquences très spécifique par rapport à quelqu’un en bonne santé ou atteint d’une autre maladie avec une toux sèche comme symptôme", explique David Atienza, directeur du Laboratoire des Systèmes embarqué à l’École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL).

Une application qui ne remplacera pas les tests biologiques

Le système rend un diagnostic précis à 85 %, de quoi envisager une application sur les smartphones début 2021. Une aide contre la Covid, mais qui ne remplacera pas les tests biologiques : "Il ne faut pas oublier qu’à peu près 25 à 50 % des patients atteint du Covid-19 toussent. Tous les autres n’ont pas de toux", précise le docteur Christophe Van Garnier, chef de service pneumologie au centre hospitalier universitaire vaudois.

Dans le monde, d’autres chercheurs travaillent sur des projets similaires dont une équipe du célèbre Massachusset’s Institute of Technology (MIT) aux Etats-Unis.
 Un reportage de A.C. Roth
Avec : David Atienza, directeur du Laboratoire des Systèmes embarqué à l’École Polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL)
Dr Christophe Van Garnier, chef de service pneumologie au centre hospitalier universitaire vaudois
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus/covid-19 santé société technologies économie suisse international