• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Crise aux urgences : une grande manifestation prévue ce jeudi à Paris

Les grèvistes aux urgences de l'hôpital d'Auxerre / © Document remis
Les grèvistes aux urgences de l'hôpital d'Auxerre / © Document remis

Lons-le-Saunier, Dijon, Auxerre... 80 services d'urgences seraient en grève en France selon le collectif Inter-Urgences. Médecins et soignants se rassemblent ce jeudi 6 juin à Paris. 

Par S.C avec AFP

Les personnels iront se faire entendre sous les fenêtres du ministère: une manifestation partira à 13H00 de la gare Montparnasse, à l'appel du collectif Inter-Urgences, soutenu par les syndicats CGT, SUD et FO ainsi que par l'Association des médecins urgentistes de France (Amuf).

Grèves, réquisitions, arrêts maladie: la crise des urgences hospitalières dure depuis bientôt trois mois et ne cesse de s'amplifier. Sous le feu des critiques, l'exécutif peine à désamorcer la crise. "Nous entendons ce que nous disent les soignants", a assuré mercredi la secrétaire d'Etat Christelle Dubos à l'Assemblée nationale, ajoutant que la ministre de la Santé "recevra dans les prochains jours l'ensemble des organisations" d'urgentistes.

Entamé mi-mars à Paris, le mouvement de grève s'est étendu à plusieurs dizaines d'établissements - 80 d'après le collectif Inter-Urgences, "une cinquantaine" selon le gouvernement.
La pression monte un peu plus chaque jour sur la ministre de la Santé. Mercredi, l'Ordre des médecins a réclamé "une concertation d'urgence" pour prendre enfin les "décisions ministérielles qui ne sauraient être plus longtemps différées".
 

Lons-le-Saunier et ses personnels réquisitionnés par la Préfet 


Une prise de position qui fait suite à "des réquisitions préfectorales" qui ont "suscité de l'émotion", notamment à Lons-le-Saunier (Jura), où les gendarmes sont venus solliciter des soignants en pleine nuit la semaine dernière.
Une mesure rendue nécessaire par "l'absentéisme soudain" de médecins "inscrits au planning et assignés" par la direction de l'hôpital, mais "s'étant déclarés en maladie", selon l'Agence régionale de santé (ARS) de Bourgogne-Franche-Comté.
Mis en cause par les autorités, les praticiens n'ont pas tardé à riposter: le syndicat Jeunes médecins a annoncé mercredi le dépôt d'une plainte contre X pour mise en danger de la vie d'autrui. L'organisation reproche notamment au préfet de ne pas avoir annulé des manifestations sportives malgré "un risque majeur de débordement du service des urgences".


A Paris aussi, une quinzaine d'infirmiers et d'aides-soignants de l'équipe de nuit des urgences de Lariboisière se sont fait porter pâle et ne se sont pas présentés dans la nuit de lundi à mardi. Une façon "d'envoyer un signal fort" pour faire comprendre que "les équipes sont épuisées", a expliqué à l'AFP Hugo Huon, infirmier dans cet hôpital et membre du collectif Inter-Urgences.
 

Des T-shirts noirs aux urgences d'Auxerre

A l'hôpital d'Auxerre, 100 % du personnel paramédical des urgences, infirmières et aide-soignantes, est en grève depuis presque un mois et porte symboliquement des signes de protestation.
Leur colère est "viscérale" et s'affiche : "ras-la-seringue", "stop à la violence", "il y a urgence aux urgences".
A partir de ce jeudi 6 juin, les personnels ont décidé de revêtir symboliquement un T-shirt noir, pour rendre visible leur mouvement. Ils s'associent à la manifestation parisienne. 

Les grévistes dénoncent, comme au niveau national, le manque d'effectif. Selon une infirmière du service, la revendication porte sur un poste et demi par jour pour augmenter la qualité d'accueil des patients, sans compter la pénurie de médecins.

Les violences verbales et physiques sont quotidiennes à cause du mécontentement des patients et de leur entourage. 
Dix-neuf infirmières et aide-soignantes sont assignées chaque et les soins sont assurés.
 

Des arrêts maladie des soignants pas appréciés par la ministre de la Santé 


Mais Agnès Buzyn n'a pas apprécié la méthode: "C'est dévoyer ce qu'est un arrêt maladie. Je pense que ce n'est pas bien, ça entraîne une surcharge de travail pour les autres", a-t-elle réagi mardi.
    
Partout, les urgentistes s'inquiètent du manque d'effectifs et des fermetures de lits "d'aval" pour transférer les malades dans les autres services hospitaliers.
"Le malaise est profond et général", affirme François Braun, chef de service au CHR de Metz-Thionville et président de Samu-Urgences de France. "On ne peut pas faire mieux avec moins", affirme Patrick Pelloux, emblématique président de l'Amuf, qui juge nécessaire "un débat au Parlement sur les urgences".
    
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Dijon : festival VYV, demandez le programme et le mode d'emploi !

Les + Lus