Déconfinement : "Ça m'a trop manqué", quand les Francs-Comtois retournent au cinéma avec une joie non dissimulée

Les cinémas ont rouvert leurs portes ce mercredi 19 mai, après plus de six mois de fermeture. Nous sommes allés interroger les Francs-Comtois à l'ouverture des salles. Le bonheur se lisait sur les visages. Détails.

Les Francs-Comtois prennent plaisir à retourner au cinéma.
Les Francs-Comtois prennent plaisir à retourner au cinéma. © AOUDIA Lilia/France 3 Franche-Comté

Les cinéphiles sont évidemment ravis, tant l'attente fut longue. Ce mercredi 19 mai 2021, les cinémas ont pu rouvrir et proposer à nouveau des séances après avoir fermé les portes, il y a plus de 6 mois en raison des restrictions sanitaires imposées par le gouvernement, suite à la pandémie de coronavirus. 

En salle, certains films diffusés avant la deuxième vague de Covid-19 sont de retour, comme par exemple le film "Adieu les cons" d'Albert Dupontel. On retrouve également le film "Drunk" de Thomas Vinterberg. De nouveaux films sont évidemment à l'affiche. De nombreux films sont en attente et disponibles à la diffusion dans les salles. Les gérants de cinéma ont ainsi choisi les projections de la semaine, en fonction des goûts et attente de leur public. 

A Besançon, les plus impatients se sont pressés devant les cinémas dès le matin. Au cinéma installé près du marché des Beaux-Arts à Besançon, on ne boudait pas son plaisir. 

"Tout excité de rentrer dans le cinéma !"

"Je vais voir "Garçon chiffon", avec une joie que vous imaginez. Ca m'a trop manqué. Il me tardait... Incroyable" nous a expliqué une habitante de Besançon, visiblement émue, rejoint dans le verbe par une autre cinéphile : "Depuis le temps... On est tout excité de rentrer dans le cinéma !" 

Toutes les personnes interrogées ce mercredi matin ont témoigné du bonheur de redécouvrir les joies du 7ème art et de l'importance symbolique d'être là le premier jour de l'ouverture des salles. "Je tenais à être là pour l'ouverture, symboliquement. Ca m'a beaucoup manqué" nous a expliqué une spectatrice venu découvrir le film ADN, réalisé par Maïwenn.

Aurore Poitou, directrice du Cinéma Espace Meliès de Lure, face à ses clients.
Aurore Poitou, directrice du Cinéma Espace Meliès de Lure, face à ses clients. © Antoine Laroche/France 3 Franche-Comté

"Le public attendait ça avec impatience. Cela reste l'un des seuls loisirs que les gens vont pouvoir pratiquer dans les jours qui viennent. On a eu plus de 100 réservations par internet. Il y a sûrement une peur de ne pas pouvoir entrer, car on a une jauge limitée à 35%" nous a expliqué Aurore Poitou, directrice du Cinéma Espace Meliès de Lure, en Haute-Saône.

Et d'ajouter : "Le cinéma en zone rurale est aussi un lieu d'échange, de lien social. Il y a la magie du cinéma, du grand écran, de se retrouver dans le noir et il y a aussi ce côté convivial."

Contrairement à la Franche-Comté où la matinée a été plutôt calme, à Paris, des files d'attente ont été observées devant plusieurs cinémas, preuve une fois de plus que cette activité est essentielle pour de nombreux Français. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
sorties et loisirs cinéma culture déconfinement société