• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Démission de Nicolas Hulot : François Patriat invité du 19/20 Bourgogne

François Patriat en 2017. / © MaxPPP
François Patriat en 2017. / © MaxPPP

Le président du groupe La République en Marche au Sénat, François Patriat, était l'invité du 19/20 Bourgogne ce mardi soir. Il a réagi à la démission surprise de Nicolas Hulot.

Par M. F. et AFP

Nicolas a annoncé ce mardi 25 août sa démission du gouvernement. Celui qui était jusqu'alors ministre de l'Environnement a indiqué sur France Inter

"Je vais prendre pour la première fois la décision la plus difficile de ma vie. Je ne veux plus me mentir. Je ne veux pas donner l'illusion que ma présence au gouvernement signifie qu'on est à la hauteur sur ces enjeux là. Donc je prends la décision de quitter le gouvernement", a-t-il expliqué.

Nicolas Hulot a précisé qu'il n'avait prévenu ni le président ni le premier ministre de cette décision, par crainte qu'ils ne le convainquent de rester au gouvernement. "C'est une décision d'honnêteté et de responsabilité", a-t-il précisé.

Le président du groupe La République en Marche au Sénat, François Patriat, était l'invité de France 3 Bourgogne dans le 19/20 ce mardi soir pour réagir à cette annonce surprise.

"Je regrette la démission de Nicolas Hulot, qui je considère a un excellent bilan au gouvernement, a expliqué sur notre plateau le sénateur de Côte-d'Or. Il a remporté tous ses arbitrages, a gagné sur des lignes très fortes : Notre-Dame-des-Landes, les hydrocarbures, le gaz de schiste, la nourriture bio... Il a eu toujours le soutien du chef de l'État dans les arbitrages."

François Patriat a longtemps été le "monsieur chasse" du Parti socialiste. Le président Emmanuel Macron l'a nommé en janvier dernier président du conseil d'orientation du Domaine national de Chambord. Il était à l'Élysée lundi lors de la réunion sur la chasse. 

"Je ne pense pas que la réunion d'hier soit le détonateur, a-t-il ajouté. La réunion d'hier s'est très bien passée. Elle avait abouti à un accord gagnant-gagnant [...] Je considère que ce n'est pas une victoire pour les chasseurs. Je considère que c'est une victoire à la fois pour les gens de l'environnement et pour la chasse."
 
L'interview en intégralité
Démission de Nicolas Hulot : François Patriat invité du 19/20 Bourgogne
Le président du groupe La République en Marche au Sénat, François Patriat, était l'invité du 19/20 Bourgogne ce mardi soir. Il a réagi à la démission surprise de Nicolas Hulot. - France 3 Bourgogne - Sébastien Kerroux
 
 

"Une accumulation de déceptions" pour Hulot

Lundi après-midi, Emmanuel Macron a organisé une deuxième réunion de haut niveau sur la chasse en six mois, avec le président de la Fédération nationale des chasseurs (FNC) Willy Schraen, Nicolas Hulot et son secrétaire d'Etat Sébastien Lecornu qui pilote la réforme.

Mais était présent également Thierry Coste, conseiller politique de la FNC, "à qui j'ai dit frontalement qu'il n'avait rien à faire là", a déclaré Nicolas Hulot sur France Inter.

"Ça va paraître anecdotique mais pour moi c'était symptomatique et c'est probablement un élément qui a achevé de me convaincre que ça ne fonctionne pas comme ça devrait fonctionner", a-t-il ajouté.
 
L'intégralité de l'interview de Nicolas Hulot sur France Inter

"C'est symptomatique de la présence des lobbies dans les cercles du pouvoir. Il faut à un moment ou un autre poser ce problème sur la table parce que c'est un problème de démocratie: qui a le pouvoir, qui gouverne ?".

Il a toutefois assuré que sa décision de démissionner n'avait pas été provoquée par cette réunion sur une réforme qui "peut être importante pour les chasseurs, mais surtout pour la biodiversité".

"Mais ne pensons pas que ma décision vient simplement d'une divergence sur la réforme de la chasse, c'est une accumulation de déceptions et mais c'est surtout parce que je n'y crois plus", a-t-il déclaré.

Les chasseurs ont notamment obtenu du président Macron, qui a plusieurs fois exprimé son soutien à la pratique de la chasse, une baisse du permis national de chasse de 400 à 200 euros, qu'ils réclamaient depuis longtemps.
 

A lire aussi

Sur le même sujet

Château du Clos de Vougeot : l'hologramme d'un moine cellerier

Les + Lus