Cet article date de plus de 4 ans

Déserts médicaux: 15 places supplémentaires à l'Université de Bourgogne

La Ministre de la Santé Marisol Touraine l'avait annoncé lors d'un déplacement à Dijon le 26 Novembre 2015, la Bourgogne se trouvant dans une zone de désert médical, elle bénéficie de l'augmentation du nombre limite d'étudiants admissibles. Le décret est passé au Journal Officiel le 26 décembre.

© FTV

La Bourgogne, désert médical, comme 9 autres zones en France

Le décret de loi est passé au Journal Officiel le 26 décembre, portant à 136 le nombre de places supplémentaires sur le territoire national.
Concernant la Bourgogne, il s'agit de 15 places supplémentaires, portant le numerus clausus de 214 à 229 places.
Cet engagement était pris par la Ministre, dans le cadre du Pacte Territoire Santé.

10 universités sur 38 en France concernées

Si cette mesure permet de former davantage de médecins, la nouvelle est accueillie avec satisfaction par les étudiants en médecine, même si cela ne portera ses fruits que dans huit ans, à la fin du cycle d'études.
En revanche, on peut s'interroger sur la portée de la mesure en matière d'implantation de médecins : ce n'est pas parce qu'une région considérée comme désert médical augmente sa capacité à former que les généralistes s'implanteront davantage dans cette région.

Le reportage de Sylvain Bouillot et Isabelle Rivierre

Intervenants :
durée de la vidéo: 01 min 37
Lutte contre les déserts médicaux : hausse du numérus clausus à l'Université de Bourgogne


Poursuivre votre lecture sur ces sujets
université éducation société santé