• FAITS DIVERS
  • SOCIÉTÉ
  • ÉCONOMIE
  • DÉCOUVERTE
  • JUSTICE
  • SPORT

Dijon et Mâcon : la danse contemporaine à l'honneur du festival Art-danse 2016

Le festival Art-danse défend une culture chorégraphique en évolution permanente et propose une sélection de spectacles qui reflètent ces questionnements, ces déplacements et ces transformations.
Le festival Art-danse défend une culture chorégraphique en évolution permanente et propose une sélection de spectacles qui reflètent ces questionnements, ces déplacements et ces transformations.

Le festival Art-danse édition 2016, ce sont 11 spectacles dont 2 créations dans 7 lieux différents, du 15 janvier au 1er février 2016

Par Marianne Picoche

Cette nouvelle édition défend plus que jamais un art de la danse qui célèbre la liberté et le mélange des genres, théâtre, musique, clown.
Cette édition associe 6 partenaires :  l'Opéra de Dijon, le Théâtre Mansart, l'Atheneum, Le Théâtre Dijon Bourgogne / CDN, le Cèdre de Chenôve et la Scène Nationale de Mâcon.
En marge des spectacles, des ateliers de danse pour partager avec les chorégraphes invités leur conception de la danse et leurs interrogations.

LE PROGRAMME DU FESTIVAL ART-DANSE 2016 


  • Vendredi 15 janvier 2016, 20H :  L'homme d'habitude (Musique : Bruno Pradet & les Blérots de R.A.V.E.L.  / Danse : Cie Vilcanota) - Cèdre – Chenôve
Une rencontre entre les danseurs de Vilcanota et les musiciens des Blérots de R.A.V.E.L.,…onze interprètes qui forment une seule et même tribu. Dans ce spectacle, danseurs, musiciens et instruments s’imbriquent dans une chorégraphie à l’énergie débridée.

  • Mardi 19 Janvier 2016, 20h : Sonata Hamlet  (Chorégraphie et danse : Mitia Fedotenko) - Salle Jacques Fornier / Cdn
Mitia Fedotenko se distingue par sa faculté de tout mettre en jeu et de d’articuler deux univers : celui du théâtre et de la danse. Dans cette chorégraphie, il s’empare du mythe shakespearien revu et corrigé par Heiner Müller (Hamlet-Machine)…un manifeste dansé au son des vibrations de la guitare de Marc Sens.

  • Mercredi 20 Janvier 2016, 20h : En Souvenir De L'indien (Aude Lachaise) - Théâtre Mansart / Crous De Dijon
Avec cette création, En souvenir de l’indien, où cohabitent humour, ironie et drame, la chorégraphe Aude Lachaise accompagnée de deux danseurs et un musicien, raconte le désarroi d’un homme face à son engagement professionnel, partagé entre désirs, rêves et responsabilités.

  • Jeudi 21 Janvier 2016, 20h : Vers un protocole de conversation ? (Georges Appaix - Cie La Liseuse) - Athénéum
Un homme parle et une femme danse, ça pourrait être le contraire. Chacun s’adresse à l’autre dans son propre langage, ils se répondent. Il la regarde danser, curieux, ingénu. (…) Ils se cherchent avec gourmandise, comme des enfants joueurs, comme des amants, peut-être. Ils s’accordent, se désaccordent un instant et recommencent pour s’approcher encore.

  • Vendredi 22 Janvier 2016, 20h : Tant'amati (Erika Zueneli -  T’A/ Cie E. Zueneli ) - Salle Jacques Fornier / CDN
À la lisière du théâtre et de la danse, poussée par le désir de décrypter les absurdités du genre humain, Erika Zueneli pose un couple dans l’espace et l’observe du coin de l’oeil, entre deux glissements du temps.

  • Lundi 25 Janvier 2016, 20h : Cartel (Michel Shweitzer la Coma) - Auditorium / Opéra de Dijon (entrée des artistes)
Cartel se concentre sur la figure d’un ancien danseur étoile de l’Opéra de Paris, Jean Guizerix, qui témoigne auprès de Romain Di Fazio, jeune soliste, de la vie à l’opéra dans les années 70. Alors que l’un plonge dans ses souvenirs, se rappelle de ce que son corps a éprouvé, laisse surgir des pas ou des phrases qui lui reviennent, l’autre confie son parcours du combattant : le trop plein de stress, l’angoisse des auditions… Dans l’intervalle entre ces interprètes d’âges et de parcours différents, émerge un faisceau de questions liées à la transmission, à la solitude et au groupe qui dessine un très bel hommage au devenir de la danse et de ceux qui la font.

  • Mardi 26 janvier 2016, 20h30 : Tombouctou déjà-vu (Emmanuelle Vo-Dinh Cie Sui Generi - Le Théâtre, Scène nationale de Mâcon
Tombouctou déjà-vu met en scène une petite communauté fantasmée et archaïque de 7 personnages. Leurs liens se réinventent par l’intermédiaire de consignes, lues à haute voix et à tour de rôle.

  • Mercredi 27 Janvier 2016, 20h : Tout va bien (Gaetano Battezzato- Teatri del Vent - Théâtre Mansart / Crous de Dijon
Un personnage seul sur scène. Le brouillard l’englobe. Clown sans maquillage, bouffon ou saltimbanque, il monte et démonte les actions comme un manipulateur de cirque. Son corps est engagé, obstiné, à créer turbulence, dépassement, désordre : il semble vouloir troubler toute grammaire du corps ; la crainte devient rire, la réussite défaite, le sacré risible, la mort une moquerie.

  • Jeudi 28 janvier 2016, 20h : Ruines (Tatiana Julien C'Interscribo) - Athénéum
Travaillant sur l’esthétique de la disparition, Tatiana Julien, qui s’est entourée de la metteur en scène Marine de Missolz, s’inspire des autoportraits photographiques de Francesca Woodman et recherche une théâtralité souterraine, davantage portée vers l’abstraction et l’imaginaire.

  • Vendredi 29 janvier 2016, 20h : QUI A TUÉ LOLITA ? (Groupe Lolita) - Auditorium / Opéra de Dijon (entrée des artistes)
Qui a tué Lolita ? pièce phare du collectif LOLITA a tourné dans de nombreux pays jusqu’en 1986 ; puis reprise tous les dix ans, suivant la maturation et les cycles des vies de ses interprètes et auteurs, tout en questionnant l’acte même de la création dans l’art vivant, sa transformation, sa durée, sa transmission. Film noir, cabaret, swing et rumba, au programme de cette version 2016 !

  • Lundi 1er février 2016, 20h : Shake it out (Christian Ubl CUBe association) - Grand théâtre / Opéra de Dijon
Autrichien vivant en France, le chorégraphe Christian Ubl questionne ici les notions d’identité européenne, de traditions, d’appartenance, de transmission qui lui tiennent à coeur. Entre tensions et frictions, Shake it out met en perspective le corps glorieux, le corps propagande, le corps symbole, mais aussi le corps en ruine, le corps frénétique, le corps révolté...

Informations : 03 80 73 97 27

Sur le même sujet

toute l'actu Danse

Cathédrale Saint-Bénigne : la petite forêt de Dijon

Les + Lus