Loi sécurité globale : Près de 3000 manifestants en Bourgogne, 8 interpellations à Dijon

Ce samedi 5 décembre, plusieurs manifestations sont à nouveau organisées contre la loi sécurité globale en Bourgogne. Les opposants appellent à une nouvelle journée de mobilisation afin d'obtenir le retrait de trois articles de loi et du schéma national du maintien de l'ordre jugés "liberticides". 
Place Wilson, les CRS empêchent les manifestants d'accéder au centre-ville de Dijon.
Place Wilson, les CRS empêchent les manifestants d'accéder au centre-ville de Dijon. © Christophe Tarrisse
Le collectif opposé à la loi sécurité globale appellait à de nouveaux rassemblements à Paris et dans toute la France ce samedi 5 décembre, pour le troisième samedi consécutif, contre un texte jugé "liberticide" et portant atteinte à la liberté de la presse notamment.

Samedi dernier, les manifestations en France avaient rassemblé 133 000 personnes selon l’Intérieur, 500 000 selon les organisateurs.

1800 manifestants à Dijon

A Dijon, 18 organisations politiques et associatives de Côte-d'Or ont lancé un appel à se rassembler ce samedi 5 décembre ''pour la liberté d'expression et le retrait de la loi Sécurité globale". Le rassemblement est fixé à partir de 14h, place de la République.
 
Vers 14h30, plusieurs centaines de personnes se rassemblent place de la République. Le cortège a grossi au fil des minutes. Selon la préfecture, entre 1700 et 1800 personnes sont présentes dans la manifestation. En tête de cortège, plusieurs manifestants portent une grande banderole avec comme slogan "Ensemble pour nos libertés."
 
Près de 300 personnes se sont déjà rassemblées place de la République à Dijon.
Près de 300 personnes se sont déjà rassemblées place de la République à Dijon. © Christophe Tarrisse

Habitués des rassemblements du samedi, certains gilets jaunes sont également présents ce samedi après-midi à Dijon.
 
Des gilets jaunes sont également présents à la manifestation.
Des gilets jaunes sont également présents à la manifestation. © Christophe Tarrisse

A 15h, le défilé se met en marche en direction du boulevard Thiers et de la place du 30-Octobre. Le cortège prend ensuite la direction de la place Wilson en passant par le boulevard Carnot.
 
Les manifestants sont arrivés place Wilson dans le calme. Pour le moment, aucun débordement à signaler. L'association Greenpeace, présente dans le cortège se félicite de cette "mobilisation contre l'autoritarisme."
 


8 interpellations à Dijon

Peu avant 16h, les premières tensions interviennent avec les forces de l'ordre dans le secteur de la place Wilson. Plusieurs centaines de manifestants prennent la direction de la rue Chabot-Charny dans l'objectif d'accéder au centre-ville malgré le périmètre d'interdiction de manifestation établi vendredi soir par la préfecture.

Selon la préfecture, les premiers tirs de mortier sont alors tirés sur les forces de l'ordre. Celle-ci répliquent alors par des tirs de lacrymogènes, sans même attendre la fin du rassemblement selon des manifestants présents sur place. 

   

Les tensions durent près de deux heures. Selon les services de l'Etat, c'est un groupe de "150 individus radicalisés" qui est à l'origine des tensions. La préfecture dénombre 3 incendies de poubelles. 8 personnes ont été interpellées pour "participation à un attroupement après sommations et violences contre les forces de l'ordre" .
 
Il s'agit du second appel à manifester contre ce projet de loi à Dijon. Le 24 novembre dernier, environ 500 personnes s'étaient rassemblées devant la préfecture de Côte-d'Or.

Une mobilisation qui s'était déroulée dans le calme durant plus d'une heure avant des heurts entre certains manifestants et les forces de l'ordre. 15 personnes avaient alors été interpellées.
 
En Côte d'Or, une centaine de personnes s'est également rassemblée devant la sous-prefecture de Montbard pour dénoncer la proposition de loi. 

Trois manifestations en Saône-et-Loire

Dans le département de Saône-et-Loire, pas moins de trois manifestations sont organisées ce samedi. Les opposants à la loi Sécurité globale ont fixé trois rendez-vous pour protester contre la loi et manifester leur colère. 

Une marche des libertés a lieu ce matin à Montceau-les-Mines. Organisés par une dizaine de mouvements politiques et syndicaux, la manifestation a débuté à 10h sur l'esplanade de l'hôtel de ville. Sur place, entre 100 et 150 personnes participent à la marche.
 
Une marche des libertés est organisée à Montceau-les-Mines.
Une marche des libertés est organisée à Montceau-les-Mines. © Anthony Borlot

Le cortège de participants a ensuite pris la direction du centre-ville de Montceau-les-Mines.
 


Deux autres manifestations  étaient également organisées dans le département ce samedi. A Châlon-sur-Saône, la ligue des droits de l'homme a lancé un nouvel appel à manifester "pour défendre nos libertés en France et pour exiger le retrait total de la loi sécurité globale." Le rendez-vous était fixé à 14h30. Près de 500 personnes se sont rassemblées place de Beaune. La manifestation s'est déroulée dans le calme

Les membres de la ligue des droits de l'homme demandent purement et simplement le retrait de la loi sécurité globale qu'ils jugent liberticide. "Il y a une volonté de museler depuis le début de la crise des gilets jaunes", considère Philippe Janet. "On empêche les gens de s'exprimer. Il n'y a pas besoin de faire une loi qui privera les gens de libertés."
 
Près de 500 personnes ont manifesté dans les rues de Chalon-sur-Saône.
Près de 500 personnes ont manifesté dans les rues de Chalon-sur-Saône. © Anthony Borlot

Des sympathisants et militants de partis politique étaient également présents dans les rangs du cortège. C'était le cas d'Anna Jost, sympathisante de la France Insoumise. Elle est venue pour protester contre l'article 24 de la loi sécurité globale. Selon elle, il faut faire "table rase de cette loi dans sa globalité."

Beaucoup de manifestants sont venus dénoncer également l'usage des drones par les forces de l'ordre prévu dans l'article 22 de la loi. Certains dénoncent le principe de surveillance généralisée. "On ne peut pas dire on peut tout surveiller et dire on pioche au hasard quelque chose que l'on cherche quand il faut.
 
Saône-et-Loire : 500 manifestants dans les rues de Chalon-sur-Saône contre la loi sécurité globale

Un troisième rassemblement était également organisé quai Lamartine, à 15h à Mâcon, à l'appel d'une quinzaine d'organisations locales. Une manifestation s'est ensuite déroulée dans les rues du centre-ville. 

Entre 200 et 300 personnes manifestent à Sens 


Ce matin, un appel à manifester contre la loi "Sécurité Globale et les violences policières" était organisé également à Sens, dans l'Yonne. Le rendez-vous a été fixé à 10h devant la sous-préfecture. Entre 200 et 300 personnes ont marché de la sous-préfecture jusqu'au marché des Champs plaisants.
 


La carte des mobilisations en France 

 
Poursuivre votre lecture sur ces sujets
manifestation économie social sécurité société