Covid-19 : le ministre de la Santé Olivier Véran craint une vague épidémique "plus forte encore que les précédentes"

Le ministre de la santé s'est exprimé sur la situation épidémique lors d'une conférence de presse ce jeudi 28 janvier. Les variants sont détectés en France sur 2000 personnes par jour en cette fin janvier. Un chiffre qui pourrait conduire le gouvernement à décider d'un troisième confinement ?

Olivier Véran, ministre de la santé
Olivier Véran, ministre de la santé © Alexis Sciard - maxPPP

Le nombre de cas de variants du coronavirus est passé de 500 par jour au début du mois de janvier à 2.000 aujourd'hui, a déclaré jeudi le ministre de la Santé Olivier Véran.
"Essentiellement, c'est le variant découvert en Angleterre", mais également à très faible niveau "du variant d'origine sud-africaine", a-t-il précisé.
"Les enseignements que nous tirons des pays dans lesquels ces variants ont circulé plus tôt et plus fort que chez nous sont qu'ils sont susceptibles d'entraîner une vague épidémique très forte, plus forte encore que les précédentes compte-tenu de la forte contagiosité de ces variants", a ajouté le ministre."Le fait que ces variants se propagent dans notre pays nous laisse penser que le couvre-feu et l'ensemble des mesures de contrôle sont certes utiles mais probablement pas suffisantes", a-t-il insisté.

Une épidémie dans l'épidémie    

"Ces variants, je les considère un peu comme des nouveaux virus appelant de nouvelles mesures pour nous protéger", a déclaré Olivier Véran  évoquant aussi une "épidémie dans l'épidémie". 
Le ministre a comparé la situation actuelle à celle ayant précédé le précédent confinement à l'automne, avec 3.100 malades du Covid en réanimation aujourd'hui, contre "3.300 ou 3.400" en octobre.


"On est presque aujourd'hui au niveau des réanimations du mois d'octobre. La grande différence aujourd'hui est que la dynamique n'est pas exponentielle c'est vrai, mais à nouveau le nombre de réanimations augmente, c'est factuel", a-t-il insisté, notant que les hôpitaux sont "presque à 60% d'occupation" des lits de réa par des patients Covid.

De nouveaux transferts de malades pourrait avoir lieu du Grand-Est ou de Franche-Comté

Face à cette pression hospitalière, certains hôpitaux, à Nice notamment, ont commencé à transférer des patients dans d'autres établissements de la même région, a-t-il indiqué. "Et nous ne sommes pas très loin d'envisager à nouveau de procéder aux premiers transferts de patients interrégionaux pour soulager certaines régions", a ajouté le ministre, évoquant le Grand Est et la Franche-Comté.
   

Vers un reconfinement ? Plusieurs scénarios envisagés par le gouvernement

Un conseil sanitaire de défense s'est tenu mercredi 27 janvier. Parmi les scénario envisagés, figure un allongement des vacances scolaires. Les modalités d'un troisième confinement en France sont encore inconnues, le gouvernement n'a pas exlu un reconfinement "très serré". Du couvre-feu ferme comme en mars 2020, ou plus souple, comme en novembre dernier, aux solutions mixtes, avec un couvre-feu la semaine, et confinement le week-end, avec une limitation des déplacements, plusieurs scénarios sont envisagés.

Un allongement des vacances scolaires de février est une piste de travail

L'objectif du gouvernement est "que les enfants puissent continuer d'aller à l'école" mais "rien n'est exclu", dont un allongement des vacances de février pour freiner l'épidémie du Covid-19, a indiqué ce jeudi Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement.

Il a confirmé sur France Inter que des décisions seraient prises "en fin de semaine, après que nous ayons vu les effets du couvre-feu à 18H00", et que "les annonces, s'il doit y en avoir, évidemment seront faites rapidement".
Jean Castex mène ce jeudi et vendredi une série de consultations. L'exécutif, qui pourrait tenir un nouveau Conseil de défense sanitaire ce week-end.

Le nombre de patients hospitalisés a continué d'augmenter mercredi, à 27.169, dont 3.107 en réanimation. 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
covid-19 santé société éducation confinement vacances