Carte du déconfinement : les huit départements de Bourgogne-Franche-Comté en rouge pour l'instant

Une première carte des départements français en vue du déconfinement a été dévoilée ce jeudi. Tous les départements de notre région sont en rouge pour l'instant. La carte sera mise à jour quotidiennement.

Archives.
Archives. © THIBAULT CAMUS / MAXPPP
Le ministre de la santé Olivier Véran a dévoilé ce jeudi 30 avril une première version de la carte des départements français en vue du déconfinement. Tous les départements de notre région y apparaissent en rouge.
 
Deux critères ont été étudiés pour établir ces cartes : les zones où le virus circule activement et la tension sur les capacités de réanimation.
 

Que signifie le classement en rouge ?

Cette carte est la synthèse des deux indicateurs. Tout d'abord, la circulation active du virus : les départements français ont été classés en trois catégories – vert, orange ou rouge – selon l'intensité du phénomène.

"Vous avez en vert, dans la totalité des passages aux urgences, la part de suspicion de coronavirus inférieure à 6 %, a détaillé Olivier Véran. S’il y a moins 6 %, le département apparaît alors en vert. Si ce chiffre se situe entre 6 et 10 %, le département apparaît aujourd’hui en orange. Et, en rouge, plus de 10 % des consultations aux urgences des hôpitaux d’un département dues à une suspicion liée au coronavirus."

La Nièvre est le seul département de notre région a être en rouge pour ce critère, car le virus y circule de manière plus active qu'ailleurs. Le Jura est vert. La Côte-d'Or, le Doubs, la Haute-Saône, la Saône-et-Loire, l'Yonne et le Territoire de Belfort sont en orange.
 
© Ministère de la santé

Ensuite, la tension dans les services de réanimation est mesurée. Cette fois-ci, tous les départements de notre région sont en rouge, car le nombre de lits occupés par les patients atteints par le Covid-19 est très important.

Dans la région, 181 personnes sont actuellement en soins intensifs pour Covid-19, indiquait l'Agence régionale de santé lors d'une conférence de presse ce jeudi. Toutes pathologies confondues (hors Covid), ce chiffre atteint 250 patients.
 
© Ministère de la santé

C’est bien au-delà des capacités habituelles de prise en charge d’environ 200 lits. Mais au plus fort de la crise, des lits supplémentaires ont été mobilisés dans tous les hôpitaux publics et privés pour atteindre près de 400 lits disponibles en réanimation. Ce chiffre est aujourd’hui légèrement redescendu autour de 350 places.

Un troisième critère avait été évoqué par le Premier ministre Édouard Philippe lors de son discours devant les députés mardi, le niveau de préparation local pour les tests et la détection de cas contacts. Il sera communiqué à partir du 11 mai, a indiqué Olivier Véran. Il ne figure donc pas sur les cartes diffusées ce jeudi soir.

"La carte présentée ce soir est valable pour ce jeudi, mais n'est en aucun cas une projection des données au 11 mai", a rappelé le ministre. "Au moment du déconfinement il n'y aura que des départements verts et rouges. Mais aujourd'hui, nous avons maintenu des zones orange, qui ont vocation à basculer, d’ici au 11 mai, en vert ou en rouge si la circulation du virus devait s’accentuer ou s’il y avait trop de malades dans les services de réanimation."

La carte diffusée le 7 mai, dans une semaine,  définira l'ampleur du déconfinement dans chaque département à compter du 11 mai. Dans les départements verts, le déconfinement pourra se faire plus largement. Ailleurs, il y aura davantage de contraintes. Dans les zones rouges, il y aura notamment "la possibilité d'aller fermer si nécessaire des écoles, d'aller fermer si nécessaire un certain nombre de commerces, de lieux extérieurs", a précisé sur franceinfo le ministre de la Santé Olivier Véran, le 29 avril.


Revoir la présentation du ministre de la Santé
Point de situation du 30 avril

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
coronavirus santé société
l’actualité de votre région, dans votre boîte mail
Recevez tous les jours les principales informations de votre région, en vous inscrivant à notre newsletter