Doubs : un troupeau de moutons attaqué à deux reprises à Châtelblanc, le loup dans le viseur

Cinq moutons ont été tués et plusieurs autres blessés à Châtelblanc dans le Doubs dans la soirée du 4 au 5 juillet et la nuit suivante. Pour l’éleveur, il y a très peu de doutes : le loup est à l’origine de ces deux attaques.
Un troupeau de moutons a été attaqué deux fois à Châtelblanc (Doubs) et l'hypothèse du loup est fortement privilégiée.
Un troupeau de moutons a été attaqué deux fois à Châtelblanc (Doubs) et l'hypothèse du loup est fortement privilégiée. © Richard RAY / MAXPPP

Une première attaque a eu lieu dans la nuit du dimanche 4 au lundi 5 juillet : une brebis tuée. “Au minimum 25 kilos de viande ont été mangés", estime l’éleveur Joseph Scalabrino qui a découvert la carcasse au petit matin. Convaincu que le loup est à l’origine de cette attaque, le maire de Châtelblanc, où le troupeau a ses habitudes, va même plus loin : “Il s’agit certainement d’une meute.” La nuit suivante, quatre moutons sont morts lors d’une seconde attaque. Des autopsies ont très vite été réalisées par des agents de l’Office français de la Biodiversité qui sont venus sur place constater les décès.

Le loup photographié à deux reprises 

Depuis, Joseph Scalabrino rentre et sort chaque jour son troupeau afin de le protéger. Également entrepreneur, cette solution n’est pas viable à long-terme. "Rapidement, les services de l’Etat sont intervenus pour installer des filets de protection”, apprécie l’éleveur. Des appareils photos ont également été mis en place à proximité afin de connaître avec certitude le responsable : depuis le début de la semaine, un loup a été photographié à deux reprises. Cela fait quarante ans que Joseph Scalabrino élève des moutons. 

La différence entre une attaque de chien et une attaque de loup est flagrante. Il y avait très peu de doutes. 

Joseph Scalabrino, éleveur de moutons

Alors que son troupeau avait déjà été attaqué en octobre 2020, l’éleveur réitère son souhait : “Il va falloir réguler la population des loups. Je n’ai rien contre leur réintroduction mais il n’y a pas de suivi. C’est trop.” 

 

Poursuivre votre lecture sur ces sujets
loup animaux nature