ARCHIVES VIDÉO. La ceinture de sécurité, cinquante ans que l'on vous dit de la boucler

Le port de la ceinture de sécurité est obligatoire hors agglomération depuis le 1ᵉʳ juillet 1973. Cinquante ans plus tard, son usage n’est encore pas une évidence pour tous les conducteurs et passagers.

Cinquante ans qu’on la boucle ! La ceinture de sécurité est rendue obligatoire - hors agglomération - le 1ᵉʳ juillet 1973. Depuis 1970, tout véhicule neuf devait en être équipé. France 3 Franche-Comté, alors nommée la troisième chaîne couleur, avait rencontré Monsieur Foret, président départemental de la prévention routière, en janvier 1973.

Il rappelait déjà “l’intérêt du port de la ceinture de sécurité en voiture, que ce soit pour de courtes ou de longues distances”. “Il est certain que le port de la ceinture de sécurité, s’il était généralisé, diminuerait - non pas le nombre d’accidents, mais - la conséquence des accidents au point-de-vue des risques de blessure d’environ 60 %”, déclarait-il alors.

Nous vous laissons apprécier cette pépite d’anthropologie…

durée de la vidéo : 00h03mn20s
La ceinture de sécurité est rendue obligatoire - hors agglomération - le 1ᵉʳ juillet 1973. ©Archives INA - France 3 Franche-Comté

“C’est assez gênant”

Un an plus tard, en décembre 1974, il est l’heure du bilan pour la chaîne régionale. “Dans notre département du Doubs, les statistiques de la gendarmerie prouvent que sur les neuf premiers mois de cette année, nous avons 20 % de diminution d’accidents mortels et 16 % d’accidents avec blessures”.

Malgré ça, de nombreux Francs-Comtois ne portent toujours pas leur ceinture à l’avant “par habitude, c’est tout”. “C’est assez gênant”. Un automobiliste explique que le port de la ceinture n'est pas très pratique surtout quand on fait des manœuvres. “Quand on fait un créneau, il faut braquer beaucoup et on n’est pas très libre dans ses mouvements”.

“Et les enfants, vous les mettez où ?”, demande le journaliste à un conducteur moustachu. “À l’arrière ! Toujours à l’arrière., répond ce dernier. L’usage de la ceinture à l’arrière n’est alors qu’un simple fantasme de la sécurité routière. Il faudra attendre 1990 pour qu'il devienne obligatoire à l’avant et à l'arrière sur tout réseau.

Bilan du port de la ceinture de sécurité dans le Doubs, avec en prime un travelling très vintage du parking Chamars à Besançon :

durée de la vidéo : 00h04mn03s
Un an plus tard, de nombreux Francs-Comtois ne portent toujours pas leur ceinture à l’avant. ©Archives INA - France 3 Franche-Comté

Le non-port de la ceinture devient une infraction

On vient de le voir, l’usage de cet accessoire était très contesté à ses débuts. Il s’est ensuite peu à peu imposé à tous. En 2002, l’absence de port de la ceinture devient une infraction de 4ᵉ classe et conduit à un retrait de trois points sur le permis.

Cette même année, selon l'enquête du journal Mon Quotidien, un enfant sur cinq ne portait pas la ceinture de sécurité à l'arrière. “Chaque année en Franche-Comté, 250 enfants sont victimes d'accidents de la route. 120 sont passagers d'un véhicule”.

Les conséquences des accidents de la route sont dramatiques et multiples. France 3 Besançon y dédie un reportage en 2002. Attention aux oreilles, les techniques de mixage audio n'étaient pas tout à fait au point à l'époque.

durée de la vidéo : 00h02mn58s
En 2002, l’absence de port de la ceinture devient une infraction de 4ᵉ classe et conduit à un retrait de trois points sur le permis. ©Archives INA - France 3 Franche-Comté

Cela fait cinquante ans, mais le port de la ceinture de sécurité, pourtant obligatoire, n’est toujours pas une évidence pour toutes et tous. Pour rappel, chaque année, plus de 400 personnes perdent la vie pour n’avoir pas ou mal attaché leur ceinture de sécurité, soit 20 % des décès survenus dans un véhicule équipé de ceinture. Un non-port est sanctionné d’une amende de 135 euros et d’un retrait de 3 points sur le permis de conduire.

Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
Tous les jours, recevez l’actualité de votre région par newsletter.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité