"99,5% des élèves ne sont pas venus en cours" : l'opération "collège mort" très suivie dans deux établissements du Doubs

Ce mercredi 29 mai, les parents d'élèves des collèges Henri Fertet à Sancey et Edgar Faure à Valdahon (Doubs) ont organisé une action "collège mort" pour protester contre la nouvelle réforme du gouvernement, mise en place dès la rentrée prochaine. L'opération a été très suivie.

À 10h, ce mercredi 29 mai, une trentaine de parents, enfants, enseignants et personnels étaient rassemblés devant le collège Henri Fertet à Sancey pour l'opération "collège mort".

Ils se sont mobilisés pour dénoncer la réforme du "choc des savoirs" qui prévoit la création de groupes de niveaux pour les classes de 6ᵉ et de 5ᵉ.  Les parents d'élèves, qui ont organisé cette action, ont demandé aux parents de ne pas envoyer leurs enfants au collège pour marquer le coup. Seulement un élève s'est rendu dans l'établissement. Les autres étaient devant le collège ou ne sont simplement pas venus. "99,5 % des élèves étaient absents aujourd'hui, c'est une réussite", confie Eric Boisson, professeur de mathématiques du collège.

À Valdahon, le collège Edgar-Faure était, lui aussi, mobilisé. "Une dizaine d'élèves étaient présents aujourd'hui sur environ 650", détaille une mère d'élève devant le collège. Des élus, dont la maire de Valdahon, Sylvier Le Hir, sont venus en soutien : "Ça nous tenait à cœur de venir soutenir le corps enseignant et les parents d'élèves, déjà puisqu'il y a une menace de fermeture de quatre classes à la rentrée mais aussi pour protester contre la nouvelle réforme", raconte-t-elle.

L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
L'actualité "Société" vous intéresse ? Continuez votre exploration et découvrez d'autres thématiques dans notre newsletter quotidienne.
choisir une région
France Télévisions utilise votre adresse e-mail pour vous envoyer la newsletter de votre région. Vous pouvez vous désabonner à tout moment via le lien en bas de ces newsletters. Notre politique de confidentialité